À la une


Date de mise en ligne : 11 janvier 2018

Avec 17,18 MMDH, la région Laâyoune-Sakia El Hamra concentre plus de la moitié des projets d’investissement approuvés par la Commission nationale des investissements

Avec 17,18 milliards de dirhams (MMDH), la région de Laâyoune-Sakia El Hamra concentre plus de la moitié des projets d’investissement approuvés par la Commission nationale des investissements, a indiqué le ministre de l’Industrie, de l’investissement, du commerce et de l’économie numérique, Moulay Hafid Elalamy. Réunie mercredi sous la présidence du Chef du gouvernement, Saad Eddine El Othmani, la Commission nationale des investissements, a approuvé 48 projets de conventions d’investissement et d’avenants aux conventions d’investissement pour un montant global de 32,32 MMDH devant permettre la création de 6.190 emplois directs et 13.952 emplois indirects.

 »Il s’agit là d’une progression très importante eu égard au chiffre de 32 MMDH que nous avons atteint en l’espace de 6 mois », s’est félicité M. Elalamy. C’est un montant substantiel vu que la dernière commission a couvert 67 MMDH pour une période de 18 mois, a-t-il fait remarquer.

La région de Laâyoune-Sakia El Hamra concentre à elle seule 53% des projets d’investissement approuvés soit 17,18 MMDH devant permettre la création de 2.815 emplois directs, a précisé le ministre. La région de Casablanca-Settat arrive en deuxième position avec 16% du total des investissements approuvés par la Commission, soit 5,14 MMDH et 29 % des emplois soit 1.822 emplois directs, a souligné M. Elalamy, notant que la région de Rabat-Salé-Kénitra vient en troisième avec 4,69 MMDH d’investissements et 10 % du total des emplois à créer (591 emplois). Le ministre a en outre fait observer que les investissements nationaux (27,53 MMDH) représentent la majeur partie des investissements projetés (85%), précisant que ce résultat est attribuable aux grand projets relevant des secteurs de l’industrie, du commerce et du transports et infrastructures. Les joint-ventures arrivent en seconde positions avec 12% du total des investissements projetés, a-t-il ajouté, relevant que ces joint-ventures s’inscrivent dans le cadre de la mise en oeuvre de grands projets dans les secteurs du dessalement d’eau de mer et des énergies renouvelables. « Nous constatons que nous montons en gamme dans plusieurs secteurs », a-t-il commenté, relevant que le taux d’investissement s’est amélioré et les investisseurs optent désormais pour « des projets technologiquement très avancés ».

Le Royaume est une terre d’attraction forte pour les investisseurs nationaux et internationaux à la faveur de la sécurité dont-il jouit, de son positionnement géographique et de ses ressources humaines compétentes, a-t-il dit, ajoutant qu’au Maroc l’infrastructure s’est forgée au fil des décennies et permet aujourd’hui à tous les investisseurs de bénéficier qu’équipements de premier plan.

 »Nos ports, nos aéroports, nos autoroutes, nos chemins de fer font que l’ensemble du territoire continue à se désenclaver et à répondre aux standards internationaux, ce qui intéresse fortement les investisseurs », s’est-il encore félicité.
10/01/2018