À la une


Date de mise en ligne : 17 novembre 2020

Agissements du polisario devant le Consulat du Maroc à Valence : le gouvernement régional condamne un acte contraire à la loi

Le gouvernement autonome de Valence a condamné les actes commis, dimanche, par des forcenés du polisario devant le Consulat général du Maroc dans cette ville espagnole.

Le gouvernement autonome de Valence a condamné les actes commis, dimanche, par des forcenés du polisario devant le Consulat général du Maroc dans cette ville espagnole.

«La Generalitat de Valence condamne les actes commis ce dimanche lors d’un rassemblement devant le Consulat général du Maroc par certains individus qui ont accédé au bâtiment pour tenter de retirer le drapeau marocain, portant ainsi atteinte à l’inviolabilité, l’intégrité et la dignité du siège consulaire», souligne un communiqué du gouvernement régional.

Le secrétaire régional pour l’UE et les relations extérieures du gouvernement de Valence, Joan Calabuig, a « regretté profondément » cet acte.

« C’est un acte qui est contraire à la loi, qui porte atteinte aux Conventions de Vienne et qui affecte directement l’inviolabilité et la dignité du siège consulaire », a déploré le responsable régional, cité par le communiqué.

Joan Calabuig a contacté le Consul général du Maroc à Valence, Abdelillah Idrissi, pour lui exprimer « sa solidarité et sa condamnation de ces actes inacceptables», conclut le communiqué.

Contacté par la MAP, le Consul général du Royaume à Valence a souligné que «l’attaque commise contre le siège consulaire du Royaume du Maroc est un acte lâche qui démontre le caractère violent de ses auteurs», notant que cet acte odieux reflète « le degré de barbarie » atteint par les milices du polisario.

M. Idrissi a tenu, à cette occasion, à exprimer ses remerciements aux autorités espagnoles et valenciennes pour leur « solidarité et leur réponse ferme et rapide ».

«Aussitôt avisées, les autorités espagnoles se sont mobilisées pour protéger le siège du Consulat et condamner cet acte irresponsable et inacceptable», a-t-il dit.
16/11/2020