À la une


Date de mise en ligne : 11 septembre 2021

Analyste américain: Taux de participation élevé: les habitants du Sahara font entendre leur voix pour construire l’avenir du Maroc

L’analyste américain et fin connaisseur du Maghreb, Calvin Dark, a estimé que la participation massive des populations des provinces du Sud aux élections de mercredi attestent qu’ils ont « une voix à faire entendre dans le processus démocratique et s’en servent pour aider à façonner l’avenir du Maroc », regrettant que les séquestrés de Tindouf sur le territoire algérien ne disposent ni du pouvoir de s’exprimer ni de décider de leur sort. « Le taux de participation le plus élevé au niveau national enregistré dans les provinces du Sud démontre deux choses: la première est que ceux qui vivent au Sahara ont une voix dans le processus démocratique et la seconde est que ces citoyens sont déterminés à utiliser leur voix pour aider à façonner l’avenir du Maroc », a indiqué M. Dark dans une déclaration à la MAP à Washington.

« C’est une injustice que les Sahraouis détenus dans les camps du polisario en Algérie n’aient pas cette voix ou le pouvoir de l’utiliser pour façonner leur propre avenir », a-t-il déploré. Avec un taux de participation de 66,94% à Laâyoune-Sakia El Hamra, 63,76% à Guelmim-Oued Noun et 58,30% à Dakhla-Oued Eddahab, ces trois régions des provinces du Sud du Royaume dépassent largement le taux de 50,18% enregistré à l’échelle nationale durant ce triple scrutin, selon les chiffres communiqués par le ministère de l’Intérieur. Commentant les résultats de ces élections, l’analyste américain a estimé que « tant de choses ont changé au Maroc, dans la région et dans le monde depuis 2011 » lorsque le PJD a pris les commandes du gouvernement.

« La dynamique, la politique et les circonstances qui ont contribué à rendre le PJD attractifs pour les électeurs il y a dix ans ne sont pas les mêmes en 2021 », selon lui.

Et d’ajouter qu’ »au Maroc, aux États-Unis ou dans toute autre démocratie dans le monde, les partis doivent proposer des politiques et une vision qui plaisent aux électeurs – et s’ils ne le font pas, les électeurs voteront pour les partis politiques qui le font ». « Le test sera désormais pour les partis libéraux de concrétiser leur vision et de ne pas perdre le contact avec les électeurs et leurs aspirations », a indiqué le président et co-fondateur du centre RC Communications basé à Washington.
10/09/2021