À la une


Date de mise en ligne : 17 juin 2022

C24/Sahara: Le Burkina Faso réaffirme son soutien au plan d’autonomie, salue les efforts « sérieux et crédibles » du Maroc

Nations Unies (New York) – Le Burkina Faso a réaffirmé, devant le Comité des 24 (C24) de l’ONU, son soutien au plan d’autonomie présenté par le Maroc pour clore le différend autour du Sahara, tout en saluant les efforts « sérieux et crédibles » du Royaume afin de résoudre cette question.

 

Intervenant lors de la réunion annuelle du C24 à New York, l’ambassadeur, représentant permanent du Burkina Faso à l’ONU, Seydou Sinka a souligné que son pays soutient le processus politique en cours, mené sous l’égide exclusive du Secrétaire général de l’ONU, visant à parvenir à une solution politique, réaliste, durable et de compromis à ce différend régional, tel que recommandé par les 18 résolutions du Conseil de Sécurité depuis 2007.

 

Il s’est félicité dans ce sens de la première tournée dans la région que l’Envoyé personnel du SG de l’ONU pour le Sahara, Staffan de Mistura, a effectuée en janvier dernier.

 

Mettant en avant les avancées notables enregistrées lors des deux tables rondes tenues à Genève entre l’Algérie, le Maroc, la Mauritanie et le “polisario”, le diplomate burkinabè a exprimé le soutien de son pays aux efforts de M. de Mistura pour la reprise de ce processus, là où s’est arrêté son successeur avec les mêmes participants et sous le même format, en application de la résolution 2602 du Conseil de Sécurité.

 

Dans le même ordre d’idées, le Burkina Faso a salué la demande du Conseil de Sécurité faite aux quatre participants, de rester engagés, tout au long de la durée du processus afin qu’il aboutisse, en se disant convaincu que les Nations Unies “doivent continuer de jouer un rôle déterminant dans le règlement de cette question”.

 

L’ambassadeur a, en outre, indiqué que parvenir à une solution politique à ce différend de longue date et à une coopération renforcée entre les Etats membres de l’Union du Maghreb arabe, “contribuerait sans aucun doute à la stabilité et à la sécurité dans la région du Sahel”.

 

Il a, par ailleurs, appelé toutes les parties au respect du cessez-le-feu “pour ne pas porter un coup aux efforts du Secrétaire Général des Nations Unies visant à aboutir à une solution politique de la question”.

 

MAP –  16 juin 2022