À la une


Date de mise en ligne : 28 avril 2018

Le Conseil de sécurité renouvelle le mandat de la MINURSO pour six mois, consacre à nouveau la prééminence de l’initiative d’autonomie

Le Conseil de sécurité des Nations Unies a prorogé, vendredi, le mandat de la MINURSO de six mois jusqu’au 31 octobre 2018, consacrant, une fois de plus, la prééminence de l’initiative marocaine d’autonomie pour résoudre le conflit artificiel autour du Sahara marocain.

Le Conseil de sécurité “décide de proroger le mandat de la MINURSO jusqu’au 31 octobre 2018”, lit-on dans le texte de la résolution 2414 présentée par la plume américaine, qui a été votée par 12 voix pour, 0 contre et 3 abstentions (Russie, Chine, Ethiopie).

L’instance exécutive de l’ONU a consacré, encore une fois, la prééminence de l’initiative d’autonomie, présentée par le Royaume le 11 avril 2007, en se félicitant des efforts “sérieux et crédibles faits par le Maroc pour aller de l’avant dans le processus visant un règlement (du conflit du Sahara)”.

Le Conseil de sécurité insiste, en outre, sur “l’importance de l’engagement renouvelé des parties à aller de l’avant dans le processus politique en préparation à un cinquième round de négociations, dans un esprit de réalisme et de compromis”, lesquels réalisme et compromis sont “indispensables” pour progresser dans les négociations.

A cet égard, la résolution appelle les parties à faire preuve de volonté politique et à travailler dans une atmosphère propice au dialogue en vue de reprendre les négociations pour parvenir à “une solution politique juste, durable et mutuellement acceptable”.

Elle réitère son appel “aux parties et aux Etats voisins de coopérer plus pleinement avec l’Organisation des Nations Unies et les uns avec les autres, et à renforcer leur engagement afin de progresser vers une solution politique” à ce conflit.

Le Conseil reconnaît, dans ce cadre, que “la solution politique de ce différend de longue date et le renforcement de la coopération entre les Etats membres de l’Union du Maghreb arabe contribueraient à la stabilité et à la sécurité, induisant à son tour la création d’emplois, de croissance et d’opportunités pour l’ensemble des peuples du Sahel”.
27/04/2018