À la une


Date de mise en ligne : 3 janvier 2021

La décision américaine, “un tournant historique” dans le processus de résolution du conflit artificiel autour du Sahara marocain

 La décision des États-Unis de reconnaitre la souveraineté entière du Maroc sur son Sahara constitue “un tournant historique” dans le processus de résolution de ce conflit régional artificiel autour de l’intégrité territoriale du Royaume et renforce le “partenariat stratégique solide” entre Rabat et Washington, a affirmé l’ambassadeur du Maroc au Chili, Mme Kenza Elghali.

Dans un entretien avec le quotidien à large audience “Cambio 21”, Mme Elghali a indiqué que la décision américaine, qui “constitue un tournant historique dans le processus de résolution du conflit autour du Sahara, est le fruit d’un travail de longue haleine et s’inscrit dans le cadre du soutien continu des Etats-Unis à l’initiative marocaine d’autonomie comme solution réaliste, sérieuse et crédible à la question du Sahara marocain”.

Ce soutien est de nature à accélérer le processus de résolution de ce conflit qui n’a que trop duré, a noté la diplomate.

Cette décision historique vient couronner les efforts de la diplomatie marocaine, sous la sage conduite de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, a ajouté Mme Elghali, soulignant que la reconnaissance de la marocanité du Sahara par Washington renforce la paix et le développement dans la région et consacre la position du Maroc en tant que pays leader au niveau régional et africain.

Cette décision est d’une grande importance puisqu’elle émane de la première puissance au monde, membre permanent du Conseil de sécurité des Nations unies, et d’un pays leader dans la mise en place des orientations du droit international, a-t-elle soutenu, relevant que la décision des États-Unis revêt une force juridique indéniable et à effet immédiat.

Elle a ajouté que cette “position constructive” renforce également la dynamique de consécration de la marocanité du Sahara, jetant la lumière sur le soutien international substantiel à l’intégrité territoriale du Royaume, illustré notamment à travers l’ouverture par plusieurs pays d’Amérique, d’Afrique et du monde arabe de représentations consulaires dans les provinces du Sud.

Mme Elghali a à cet égard relevé que 85% des pays membres de l’ONU soutiennent les efforts sérieux déployés par le Maroc pour trouver une solution définitive à ce conflit artificiel, ajoutant que la décision américaine constitue “un franc appui” à la marocanité du Sahara et renforce le “partenariat stratégique solide” unissant depuis des décennies les deux pays afin d’englober tous les secteurs.

Partenaire essentiel de Washington dans la lutte contre le terrorisme, le trafic de drogue et le crime organisé, le Maroc est un allié stratégique des Etats-Unis en dehors de l’Otan et le seul pays africain lié par un accord de libre échange avec ce pays, a en outre noté la diplomate marocaine.

Dans le même contexte, l’Ambassadeur du Maroc au Chili a mis l’accent sur les énormes investissements et les grands projets de développement lancés par le Maroc au Sahara et qui font des provinces du Sud un véritable pôle de développement économique au niveau continental, soulignant que l’engagement des Etats-Unis à ouvrir un consulat dans la ville de Dakhla s’inscrit dans le cadre du renforcement de cette dynamique.

Par ailleurs, la diplomate marocaine s’est arrêtée sur la reprise des relations diplomatiques entre le Royaume et Israël, relevant que les deux pays étaient convenus de renforcer la coopération dans de nombreux domaines tels que le commerce, la technologie, l’aviation civile, l’agriculture, les énergies et les communications.

Elle a, à cet effet, rappelé les entretiens téléphoniques que Sa Majesté le Roi Mohammed VI a eus avec le Premier ministre de l’Etat d’Israël, Benjamin Netanyahu, soulignant que le Souverain a évoqué au cours de ces entretiens les liens forts et particuliers qui unissent la communauté juive d’origine marocaine avec la monarchie marocaine.

Mme Elghali a également fait valoir que la constitution du Royaume reconnaît l’affluent hébraïque comme l’une des composantes de l’identité marocaine, notant que SM le Roi, Président du Comité Al-Qods, émanant de l’Organisation de la coopération islamique, veille à la préservation du caractère particulier de la ville sainte d’Al-Qods et la protection de la mosquée Al-Aqsa.

Et la diplomate de poursuivre que le Souverain avait affirmé que le Maroc placerait toujours la cause palestinienne au même rang que la question du Sahara marocain, et que l’action du Maroc en vue de consacrer sa marocanité ne se ferait jamais, ni aujourd’hui ni dans l’avenir, au détriment de la lutte du peuple palestinien pour recouvrer ses droits légitimes.

Elle a ajouté, à cet égard, que la position de Rabat par rapport au conflit dans la région est basée sur la solution à deux États et la négociation entre Palestiniens et Israéliens comme seul moyen de parvenir à une solution définitive, durable et globale à ce conflit, soulignant le rôle historique que le Maroc a joué et continue de jouer afin de rapprocher les peuples de la région et promouvoir la paix au Moyen-Orient.
02/01/2021