À la une


Date de mise en ligne : 7 octobre 2016

Engouement fort pour le processus électoral dans les provinces du sud, l’illustration d’une totale adhésion à l’œuvre d’édification démocratique dans le Royaume

Le grand engouement dont ont fait montre les populations des provinces du sud pour l’opération électorale depuis le début de la campagne électorale pour les législatives de 07 octobre est une nouvelle preuve de leur adhésion totale à l’œuvre de développement et d’édification démocratique dans le Royaume, ont souligné des acteurs locaux.

Aux dires de ces acteurs locaux, cet intérêt manifeste pour les législatives, qui vient confirmer la participation massive et spontanée des habitants des régions du sud à toutes les échéances électorales, est l’expression d’un sens élevé de responsabilité, de patriotisme sincère, de maturité politique, et de volonté ferme de ces populations de contribuer à la consolidation de la démocratie, du développement et de la consécration de l’Etat de droit et des institutions.

Pour Ahmed Dahi, élu local, la participation massive enregistrée chaque fois dans les provinces du sud lors des différentes étapes électorales est la preuve d’une forte fibre citoyenne et d’une volonté spontanée des populations locales d’accomplir le devoir national pour contribuer à la consolidation des institutions démocratiques.

Dans une déclaration à la MAP, M. Dahi a, notamment, mis en avant l’engagement agissant des jeunes des provinces du sud dans la vie politique, que ce soit à travers leur participation en tant que candidats aux élections, ou dans le cadre de leur mobilisation durant les différentes étapes de la campagne électorale et de leur participation massive au vote.

Et d’ajouter que ‘’la participation forte des fils des provinces du sud aux différentes échéances nationales et locales est un signal fort et claire de l’attachement de la population de ces provinces à l’intégrité territoriale du Royaume et de leur adhésion au choix de la régionalisation avancée et au processus démocratique et des réformes engagées dans le Royaume’’.

De son côté, Boubakir Hamdani, acteur de la société civile et étudiant chercheur, a relevé que le scrutin du 07 octobre, le deuxième du genre depuis l’adoption de la nouvelle constitution, constitue une étape charnière et importante en sens qu’il intervient dans le sillage de nouveaux amendements apportés au cadre juridique régissant l’opération électorale ou relatives à la Chambre des représentants (l’abaissement du seuil électoral), en plus des amendements ayant trait à la loi sur les partis politiques.

Il a rappelé, par ailleurs, que les provinces du sud enregistrent les taux de participation les plus élevés aux différentes échéances et étapes électorales, nationales et locales, notant que l’afflux massif des électeurs dans ces provinces vers les bureaux de vote pour accomplir le devoir électoral est la preuve de l’adhésion de la population locale à la vie politique et leur détermination à contribuer à la consolidation de l’édifice démocratique.

M. Hamdani s’est réjoui, à ce propos, que les élections législatives à Laâyoune se déroulent dans de bonnes conditions, marquées notamment par la neutralité des autorités et la mise en place d’une autorité judiciaire indépendante de suivi, outre une présence remarquée de la société civile qui participe aux opérations d’observation neutre et indépendante des différentes étapes des élections (dépôt des candidatures, la campagne électorale, le vote et la proclamation des résultats), conformément aux dispositions de la constitution de 2011.

Il a souligné, dans ce sens, que les électeurs et l’ensemble des citoyens aspirent à l’émergence d’une élite d’élus au diapason des attentes des populations et de leurs aspirations.

Pour sa part, Taleb Bouya Maalainin, étudiant chercheur, a souligné l’importance de ces législatives en tant qu’étape importante sur la voie de la consécration de l’expérience démocratique dans le Maroc dans le cadre de la mise en œuvre de la nouvelle constitution.

51 listes électorales, totalisant 121 candidats, sont lice pour briguer 9 sièges, répartis sur quatre provinces au niveau de la région de Laâyoune-Sakia-El Hamra dans le cadre des législatives du 07 octobre.

Il s’agit de 57 candidats dans la province de Laâyoune, de 22 candidats à Tarfaya, ainsi que de 24 prétendants à la députation à Smara et de 18 candidats à Boujdour.
07/10/2016