À la une


Date de mise en ligne : 26 février 2021

L’ambassadeur Hilale saisit le SG de l’ONU et le CS sur les violations des droits de l’Homme dans les camps de Tindouf

L’ambassadeur Représentant permanent du Maroc aux Nations-Unies, Omar Hilale, a alerté le Secrétaire général de l’ONU et le Conseil de Sécurité au sujet des violations massives et systématiques des droits de l’Homme et du droit humanitaire international dans les camps de Tindouf en Algérie.

“La renonciation par le «polisario» au cessez-le-feu, le 13 novembre 2020, s’est accompagnée d’une dégradation grave d’une situation des droits de l’Homme déjà précaire, marquée par une exacerbation de la répression de la population séquestrée dans les camps de Tindouf et la propagation d’un discours d’incitation à la haine et à la violence de la part des dirigeants du «polisario»”, a déploré M. Hilale dans une lettre adressée à M. Antonio Guterres, Secrétaire général de l’ONU et aux 15 membres du Conseil de Sécurité.

Dans ce cadre, l’ambassadeur Hilale a énuméré les manifestations des violations gravissimes des droits de l’Homme dans les camps de Tindouf, notamment “la multiplication des meetings oratoires incitant la population des camps à l’assassinat des opposants à la direction du « polisario » et des populations sahraouies unionistes dans les villes du sud du Maroc, le renforcement de l’état de siège imposé par l’armée algérienne autour des camps de Tindouf et le déploiement d’éléments des services de sécurité algériens à l’intérieur de ces camps”.

Il a, également, attiré l’attention sur “l’interdiction aux populations de quitter les camps de Tindouf, y compris pour s’enquérir de leurs cheptels en pâturage dans le désert, la convocation des blogueurs pour les sommer de s’abstenir de toute publication critique à l’égard de la direction du « polisario » et de se contenter de relayer le discours et les communiqués mensongers des dirigeants séparatistes sous peine d’être poursuivis et la mobilisation de combattants évoluant dans la zone Sahélo-saharienne et leur installation dans les camps de Tindouf à partir desquels ils ont lancé des appels à leurs affidés appartenant à différents groupuscules armés à combattre auprès des milices du « polisario »”.

M. Hilale a, en outre, dénoncé l’opposition de l’Algérie à l’enregistrement et au recensement des populations séquestrées dans les camps de Tindouf, qui constitue une violation caractérisée du droit humanitaire international, le détournement continu de l’aide humanitaire destinée aux populations des camps de Tindouf et la militarisation de ces camps.

De même, il a recensé les multiples et gravissimes violations auxquelles les populations séquestrées dans les camps de Tindouf sont assujetties au quotidien, y compris les détentions arbitraires, la torture, les disparitions forcées et les violations des droits à la vie, à l’éducation et à la liberté d’opinion, d’expression, de manifestations et de mouvement, ainsi que la pratique de l’esclavagisme.

A cet égard, l’ambassadeur du Maroc a précisé que « la démission par l’Algérie de ses responsabilités étatiques sur une partie de son territoire, et leur délégation, contrairement aux règles les plus élémentaires du droit international, à un groupe armé séparatiste, le « polisario », créent l’absence d’un cadre juridique défini régissant les droits et les obligations des personnes se trouvant sur cette partie du territoire algérien et son corollaire, l’impunité la plus totale, pour les violations massives de leurs droits et libertés fondamentales ».

“Cette situation exceptionnelle est inacceptable et viole le droit international. En effet, il ne peut y avoir de délégation de souveraineté, et donc de responsabilité, de la part d’un Etat, sur son territoire, à un acteur non étatique armé », a martelé M. Hilale.

Par ailleurs, le diplomate marocain a condamné le recours par le « polisario » à l’enrôlement obligatoire des enfants des camps de Tindouf et leur envoi dans des centres d’instruction militaire au nord de l’Algérie, faisant remarquer que “cette pratique hideuse et condamnable constitue l’une des pires violations des droits de l’Homme, car elle prive ces enfants, âgés de 12 et 13 ans, et même moins, de leur innocence et leurs droits élémentaires, notamment à l’éducation et à la vie de famille”.

Pour étayer ces propos, M. Hilale a transmis au Secrétaire général et aux membres du Conseil des photos et vidéos témoignant de l’ampleur grandissante et préoccupante de ce phénomène dans les camps de Tindouf.

Enfin, l’ambassadeur Hilale a souligné que “l’Algérie, pays hôte des camps de Tindouf, assume la pleine responsabilité du sort de ces enfants et de l’ensemble des violations des droits de l’Homme et du droit humanitaire qui se déroulent sur son territoire, et pour lesquelles elle doit rendre compte, au même titre que le « polisario », devant la Communauté internationale”.

24/02/2021