À la une


Date de mise en ligne : 6 mai 2018

 M. El Khalfi souligne l’importance de doter la jeunesse du savoir-faire nécessaire pour plaider la cause du Sahara marocain

Le ministre délégué chargé des Relations avec le Parlement et la Société civile, porte-parole du gouvernement, Mustapha El Khalfi a mis l’accent, vendredi à Ouarzazate, sur l’importance de doter la jeunesse du savoir-faire et de l’information exacte et fiable à même de la préparer à plaider la cause du Sahara marocain.

Ce besoin est d’autant nécessaire au vu de la révolution numérique et la multiplication des plateformes de discussion autour de la première cause nationale, a affirmé M. El Khalfi à l’occasion du lancement de l’Académie régionale de formation des jeunes ambassadeurs de la question du Sahara marocain, initiée du 4 au 6 mai par l’organisation marocaine des jeunes, en partenariat avec le ministère chargé des Relations avec le Parlement et la Société civile, au profit d’une cinquantaine de jeunes représentant les associations de la région Daraa-Tafilalet.

Cité par un communiqué du ministère, M. El Khalfi a souligné que le plaidoyer est un ensemble d’initiatives et de démarches basées sur la présentation des preuves appuyant la marocanité du Sahara, en allant au-delà de la défensive et en adoptant une approche offensive et agissante pour plaider en faveur du droit historique, légitime et juste du Maroc et réfuter, déconstruire et mettre à néant les allégations véhiculées par les ennemis de l’intégrité territoriale afin de porter atteinte à la cause nationale.

Il s’agit d’un processus scientifique continu exigeant une connaissance précise des aspects historique, juridique, diplomatique, politique, culturel, économique, anthropologique et institutionnel de cette question, à même de permettre la construction ou le changement d’une position donnée chez la cible, qu’elle soit une institution ou une instance internationale ne maîtrisant pas le dossier ou ayant adopté des positions négatives envers la cause nationale, a-t-il noté, ajoutant que les compétences de s’exprimer en public et de plaidoyer numérique ou technique sont également requises.

Passant en revue les développements de la question nationale et les démarches adoptées, notamment les positions fermes du Maroc vis-à-vis des agissements provocateurs du polisario dans la zone tampon et à l’égard de l’Iran et du Hezbollah, M. El Khalfi a précisé que le plaidoyer autour de la question du Sahara marocain nécessite “la maîtrise de la politique nationale en la matière, considérant que la solution doit s’opérer dans le cadre de la souveraineté nationale à travers l’autonomie, que ce conflit est à caractère régional et que l’Algérie doit, ainsi, faire partie de la solution, que ce dossier est exclusivement entre les mains des Nations-Unies, qu’il faut focaliser sur la solution et éviter les questions marginales et que le Maroc poursuivra, sans attendre, ses efforts de développement dans ses provinces du Sud”.

Au programme de ce forum figurent des conférences et des ateliers autour de différentes thématiques axées sur les dimensions historiques et politiques de la marocanité du Sahara, le cadre de développement social et économique dans les provinces du Sud, la situation des droits et des libertés dans ces provinces, outre le système institutionnel régional et international et la question nationale et les moyens pour acquérir des compétences et des mécanismes de plaidoyer oratoire et numérique autour de la question.
05/05/2018