À la une


Date de mise en ligne : 7 novembre 2016

Nidae Assahra retentit depuis Dakar

L’histoire de la dynastie alaouite est jalonnée d’épopées héroïques et de hauts faits glorieux. Mais jamais un Sultan alaouite n’a procédé à un acte solennel aussi fort, chargé de symboles et de significations à l’image de l’initiative de SM le Roi Mohammed VI de prononcer le discours commémoratif de la Marche Verte depuis une capitale africaine.

S’adresser au peuple marocain depuis Dakar c’est aussi rendre hommage au Sénégal, qui, lui aussi, avait répondu au Nidae Assahra, l’appel du Sahara, partageant avec les vaillants marcheurs la joie de fouler le sol de cette partie si chère aux Marocains.

Le choix de SM le Roi Mohammed VI de prononcer le discours de la Marche Verte à partir de Dakar revêt dès lors une forte portée politique qui traduit l’ancrage africain du Royaume et l’engagement du Souverain aux côtés du continent, mais aussi et surtout le soutien des pays frères et amis africains à la marche de développement que connaît le Maroc dans la plénitude de ses territoires de Tanger à Lagouira. Et c’est l’esprit de la Marche Verte qui guide et inspire cette dynamique vertueuse que connait le Royaume du Nord au sud.

Le caractère historique de cette initiative royale dans le contexte du retour du Maroc au sein de sa grande famille africaine confère à ce discours un cachet exceptionnel.

A juste titre, le président sénégalais, Macky Sall a qualifié ce moment d’exceptionnel où le Souverain a choisi de parler à l’Afrique et aux Africains à partir d’une capitale africaine.

En effet l’engagement de SM le Roi pour l’Afrique n’est plus à démontrer comme l’a souligné le président sénégalais, notant que le Souverain «a une vision de l’Afrique, et de ce que doit être l’Afrique de demain. Il a une ambition aussi pour le continent».

En témoignent les multiples visites que le Souverain a effectuées au cours de l’année à nombreux pays frères et amis et les initiatives fort louables de Sa Majesté en faveur des peuples de l’ensemble du continent.

SM le Roi l’a, d’ailleurs, réitéré dans Son discours en soulignant qu’Il veillera à ce que la politique africaine du Maroc ne se limite pas à l’Afrique occidentale et centrale, mais qu’elle ait plutôt une portée continentale, et qu’elle englobe toutes les régions de l’Afrique, en bravant l’éloignement géographique et les spécificités liées à la langue ou aux différences de patrimoine historique.

Les retombées bénéfiques de cette nouvelle orientation de la politique internationale du Maroc, grâce au leadership du Souverain, commencent déjà à se faire sentir tant au niveau des positions politiques au sujet de la question de l’intégrité territoriale du Royaume qu’en ce qui concerne le renforcement de la présence économique du Maroc et le développement de ses relations avec les différents pays du continent.

Dans ce contexte, les visites de SM le Roi en Tanzanie et au Rwanda ont ouvert un nouveau chapitre dans les relations du Maroc avec ces pays d’Afrique de l’Est, sans oublier le déplacement royal prévu en Éthiopie juste après la COP22 qui augure d’un avenir prometteur pour les deux pays.

Dans toutes ces étapes, le retour légitime du Maroc au sein de la grande famille institutionnelle africaine s’imposait naturellement dans les débats et entretiens politiques, bénéficiant du soutien et de l’adhésion de ses partenaires africains.

«La réintégration par le Maroc de l’Union africaine n’est pas une décision tactique, pas plus qu’elle n’a obéi à des calculs conjoncturels. Elle est plutôt l’aboutissement logique d’une réflexion approfondie», a dit SM le Roi dans le discours de la Marche Verte, notant que «le Maroc est de retour pour retrouver sa place naturelle» et « dispose d’une majorité écrasante pour occuper son siège au sein de la famille institutionnelle africaine».

Cette décision, a expliqué SM le Roi, est le couronnement de la politique africaine du Souverain et de l’action solidaire que le Maroc mène sur le terrain avec de nombreux pays du continent pour y assurer la promotion du développement économique et humain, au service du citoyen africain.

Bénéficiant d’une expérience reconnue en matière de lutte contre le terrorisme et la radicalisation, le Maroc jouera au sein de l’Union africaine un rôle capital pour mener une politique forte et unifiée au service de la sécurité et de la stabilité de l’Afrique.

Le retour historique du Maroc au sein de l’organisation panafricaine cristallise ainsi l’espoir des peuples du continent à vivre dans la dignité, à tirer profit de leurs richesses et à concevoir leur avenir en toute confiance. Le Maroc y sera la locomotive du développement et le catalyseur des initiatives porteuses de grands desseins pour les peuples du continent.
06/11/2016