À la une


Date de mise en ligne : 13 avril 2016

Le projet de la technopôle « Foum El Oued » de Laâyoune présenté au salon « Cityscape d’Abu Dhabi »

La 10è édition du Salon « Cityscape d’Abu Dhabi », qui s’est ouverte mardi, a été marquée par la présentation du projet de la technopôle Foum El Oued, dont SM le Roi Mohammed VI avait lancé, en février dernier, les travaux de réalisation dans la localité éponyme, près de Laâyoune.

Ce projet, piloté par la Fondation Phosboucraa, relevant de l’Office Chérifien des phosphates, se propose de devenir une cité du savoir et de l’innovation au service du développement des provinces du Sud.

Mobilisant des investissements de l’ordre de 2 milliards de dirhams, ce projet a pour vocation de soutenir le développement économique des régions du Sud en répondant aux spécificités du territoire. Il traduit la volonté de SM le Roi d’assurer un développement durable et intégré aux régions du Sud, en encourageant l’investissement et l’initiative privée, en renforçant les compétences et les potentialités des jeunes et en favorisant la protection et la valorisation du patrimoine local.

Située à 18 km de la ville de Laâyoune, la future technopôle comportera un Pôle d’Enseignement et de Recherche autour de thématiques liées à l’environnement saharien, un Pôle de soutien au développement économique des régions du Sud, un Pôle culturel, ainsi que des infrastructures sociales.

La technopôle Foum El Oued – Laâyoune offrira de nombreuses retombées, notamment en termes de création d’emplois et d’investissements. Elle devrait mobiliser près de 1,8 million J/H en phase de construction et devrait créer 1200 emplois permanents à l’horizon 2022.

Cette technopôle abritera au titre de la première phase (655 millions DH) l’Université Mohammed VI Polytechnique Laâyoune, un lycée d’Excellence et un Centre de Compétences Industrielles. D’une capacité d’accueil de 360 élèves pour le lycée et de 200 pour les classes préparatoires aux Grandes Ecoles, le Lycée d’Excellence, devra contribuer au renforcement de l’offre de formation d’excellence dans les régions du Sud et à la promotion de la diversité sociale et du mérite.

Le Centre de Compétences Industrielles est destiné, pour sa part, à former des opérateurs usine et salle de contrôle, des agents de maîtrise exploitation, des opérateurs de maintenance, des agents de maîtrise maintenance industrielle et des cadres supérieurs.

Le Centre de Compétences Industrielles de Laâyoune (7 ha) viendra accompagner le développement des nouvelles unités industrielles du Groupe OCP et soutenir les initiatives d’innovation et de développements industriel et technologique de Phosboucraâ, de son écosystème et des partenaires africains du Groupe.

L’Université Mohammed VI Polytechnique Laâyoune, se veut, quant à elle, un établissement d’enseignement de référence. Cette université (550 MDH) répondra aux besoins en matière de formations supérieures et de recherche académique dans la région et sera orientée vers la recherche, l’innovation et la formation dans des domaines scientifiques et techniques relatifs aux zones arides et sahariennes.

Dans une déclaration à la MAP, Hajbouha Zoubeir, vice-président de la Fondation Phosboucraa, responsable de la technopôle de Foum El Oued, a mis en avant l’importance de ce projet, qui, a-t-elle dit, place l’homme au cœur du processus de développement, en ce sens qu’il ambitionne de réunir toutes les conditions idoines pour l’acquisition du savoir, de la culture, de la science et de la formation.

Elle s’est félicitée, à ce propos, de la portée de ce projet intégré qui contribuera au raffermissement du processus de développement durable et intégré des trois régions du sud, à travers l’encouragement de l’investissement et de l’initiative privé, le renforcement des compétences des jeunes et le soutien à la protection et à la valorisation du patrimoine local.

Mme Hajbouha a relevé que la présentation de la technopôle de Foum El Oued au salon Cityscape à Abu Dhabi offre l’occasion de faire découvrir ce projet structurant et pionnier aux Emirats Arabes Unis et auprès des pays de la région du Golfe, tout en incitant les investisseurs et les hommes d’affaires à s’engager dans ce projet et à contribuer à sa concrétisation.

Et d’ajouter que la partie marocaine participant à ce salon saisira cette occasion pour prospecter des partenariats avec des universités locales, des établissements de recherches et des centres de formation.

Considéré comme l’un des plus grands et importants salons d’immobilier dans la région, Cityscape AbuDhabi, se poursuivra jusqu’au 14 avril courant avec la participation de plus de 90 exposants de différents pays.
12/04/2016