À la une


Date de mise en ligne : 18 juillet 2016

Question du Sahara: L’Union africaine est tenue en otage par une minorité en violation flagrante de la légalité internationale

Il est venu le temps pour l’Union africaine (UA) de corriger une erreur historique qui a vu le Maroc quitter l’Union dans des conditions extraordinaires, a souligné dimanche, Peter Pham, Directeur de l’Africa Center, relevant de l’Atlantic Council, en estimant que l’organisation panafricaine « ne peut plus rester en otage d’une petite minorité, guidée par une idéologie désuète en déphasage avec la légalité internationale pour ce qui est de la marocanité du Sahara ».

« Une petite minorité tient en otage une grande majorité au détriment de la légalité internationale et des meilleurs intérêts du continent africain dans son ensemble », a déploré l’expert US, en soulignant que « le retour du Maroc au sein de cet ensemble régional permettra de rétablir le Royaume dans son plein droit et à l’UA de se mettre en phase avec le droit international ».

M. Pham a affirmé, d’autre part, que le Maroc avait quitté l’Organisation de l’unité africaine « dans des circonstances extraordinaires, mais que le Royaume n’a jamais tourné le dos à l’Afrique, comme en atteste la stratégie Royale de mise en oeuvre de partenariats gagnant-gagnant avec les pays africains ».

« Grâce au leadership du Souverain, le Maroc est devenu une force de projection agissante dans le continent pour asseoir un développement solidaire, soucieux du bien-être des populations et de leur épanouissement », a souligné M. Pham, en estimant que « le retour du Maroc à la place qui lui est due au sein de cette organisation permettra de corriger une erreur historique et de rétablir le Royaume dans son plein droit ».

18/07/2016