À la une


Date de mise en ligne : 13 décembre 2020

La reconnaissance américaine de la marocanité du Sahara, une “percée énorme” qui servira également la cause palestinienne

La reconnaissance américaine de la pleine souveraineté du Maroc sur son Sahara est une “percée énorme” qui servira également la cause palestinienne, a affirmé samedi le ministre des Affaires étrangères, de la Coopération africaine et des Marocains Résidant à l’étranger, Nasser Bourita.

“Cette reconnaissance vient couronner un processus qui a commencé depuis plus de deux ans et demi (…), qui a permis d’avancer sur ce dossier, de présenter des arguments et des formulations, jusqu’à l’aboutissement» acté par un décret présidentiel US, a souligné le ministre sur RFI.

Après avoir souligné que “la politique étrangère marocaine n’a jamais été dans le marchandage” et qu’ “elle n’a jamais été dans le deal”, le ministre marocain a assuré que la reconnaissance américaine de la marocanité du Sahara “ne s’est pas faite en échange du rétablissement des relations entre le Maroc et Israël”.

Selon lui, la réactivation des mécanismes des relations avec Israël, qui “existaient et qui ont servi depuis des années (…) comme un outil de paix et de rapprochement”, vont servir la cause palestinienne.

“Le Maroc est connu, reconnu comme un acteur important du dossier du Moyen-Orient”, a-t-il rappelé, notant que le Royaume joue le rôle d’intermédiaire et de facilitateur crédible auprès de tous les protagonistes.

Et de souligner que “la cause palestinienne est importante pour Sa Majesté le Roi, pour le gouvernement marocain et pour le peuple marocain”. D’ailleurs, a-t-il dit, “Sa Majesté le Roi l’a rappelé vendredi, presque dans les mêmes termes, au président américain et au président palestinien. Le Souverain a rappelé trois fondamentaux de cette position : premièrement, l’attachement à une solution sur la base des deux États, un État palestinien et un État israélien; deuxièmement, le principe de la négociation directe entre Palestiniens et Israéliens comme seul processus pour parvenir à une paix durable; et troisièmement, en tant que président du comité d’Al-Qods relevant de l’Organisation de la coopération islamique, Sa Majesté le Roi, est attaché à la préservation du cachet islamique de la ville sainte et de l’ouverture de la Ville Sainte à tous les pratiquants des trois religions monothéistes”.

Evoquant les échos de cette reconnaissance américaine auprès de l’opinion publique marocaine, M. Bourita a souligné que le peuple marocain, attaché à la défense de son intégrité territoriale comprend parfaitement que “cette percée énorme dans le dossier du Sahara marocain”, “ne s’est pas faite au détriment de la cause palestinienne mais qu’elle la servira à travers la réactivation de ces mécanismes”.

A propos de la relation maroco-américaine, le ministre a affirmé que “c’est une relation ancrée dans l’Histoire et basée sur des leviers solides”, soulignant que “les administrations successives démocrate et républicaine ont toujours soutenu l’autonomie proposée par le Maroc qu’elles ont qualifiée de sérieuse, crédible et réaliste”.

“Le Maroc travaillera avec la nouvelle administration, avec le même esprit de partenariat et avec le même levier en faveur de la paix et de la stabilité », a ajouté M. Bourita.
12/12/2020