À la une


Date de mise en ligne : 25 mars 2016

Sahara Marocain : Les décisions prises par le Royaume du Maroc « sont souveraines et irrévocables »

Les décisions prises par le Royaume du Maroc en relation avec les derniers développements du dossier du Sahara Marocain « sont souveraines et irrévocables » et s’appuient sur un consensus national et un soutien inconditionnel de l’ensemble des composantes du peuple marocain, a affirmé, jeudi à Rabat, le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération, SalaheddineMezouar.

Intervenant lors d’une conférence de presse suite à une réunion tenue au siège du ministère avec les secrétaires généraux des partis politiques et des syndicats, M. Mezouar a souligné que ces décisions sont responsables et proportionnelles à la gravité des dérapages du Secrétaire général de l’ONU, M. Ban Ki Moon, lors de sa dernière visite dans la région, réaffirmant que l’ensemble des composantes de la société marocaine ont exprimé leur soutien infaillible à ces décisions lors de plusieurs marches et sit-in organisés au Maroc et à l’étranger.

Cette réunion avec les syndicats et les partis politiques a été l’occasion de réaffirmer les positions du Maroc dans un climat de consensus, de plébiscite et de soutien infaillible aux positions souveraines, responsables et irrévocables du Royaume qui demeurera engagé et mobilisé contre ceux qui tentent de dévier le processus politique dans lequel le Royaume est engagé et d’imposer un nouvel état des lieux, a fait observer M. Mezouar.

Une interaction continue existe entre la diplomatie officielle et les diplomaties parallèles des partis, syndicats, parlementaire et de la société civile, a-t-il indiqué, appelant à la création d’une cellule mixte entre ces derniers et le ministère des Affaires étrangères afin d’améliorer la coordination des actions et développer une action commune.

A cet égard, le ministre a enregistré avec satisfaction les positions positives des membres du Conseil de Sécurité qui n’ont pas cédé aux pressions exercées sur eux pour les impliquer dans cet imbroglio, affirmant que le Maroc a réagi de manière sage et réfléchie face à cette situation qu’on lui a imposée.
Les pays amis ont salué la réaction du Maroc face aux dérapages et provocations du secrétaire général des Nations Unies qui dénotent, selon M. Mezouar, d’une tentative préméditée de changer le déroulement du processus politique et outrepasser l’initiative marocaine d’autonomie, hautement saluée par la communauté internationale en tant qu’initiative crédible et sérieuse pour le règlement du différend régional sur le Sahara.

Par ailleurs, le ministre a noté que le Maroc ne permettra jamais qu’on porte atteinte à sa souveraineté et à son intégrité territoriale, dénonçant les tentatives préméditées visant à dévier le processus politique de règlement du différend régional sur le Sahara marocain tel qu’établi par le Conseil de Sécurité.
Le rôle du secrétaire général des Nations Unies n’est pas d’attiser les tensions mais d’observer la neutralité et ne pas menacer la sécurité de toute une région, a indiqué M. Mezouar.

Les dérapages et provocations du secrétaire général des Nations Unies, lors de sa dernière visite dans la région, dénotent d’une tentative préméditée d’imposer une nouvelle réalité et de passer outre l’initiative marocaine d’autonomie, hautement saluée par la communauté internationale en tant qu’initiative crédible et sérieuse pour le règlement du différend régional sur le Sahara, a fait savoir M. Mezouar.

Les pays influents au sein de la communauté internationale sont conscients que l’initiative marocaine d’autonomie est à même de préserver la sécurité et la stabilité de la région, a dit le ministre, mettant en garde contre toute tentative de déstabilisation de la région en donnant du crédit à une entité fantoche.
La réaction forte et ferme du Maroc a perturbé le secrétariat général de l’ONU, qui tente par tous les moyens d’influencer le Conseil de Sécurité et détourner les regards sur les graves dépassements et dérapages qu’il a commis à l’encontre du Maroc, a-t-il indiqué.

Le Maroc est soutenu par plusieurs pays amis influents qui ont salué sa réaction face à ces graves dérapages, renforçant ainsi la mobilisation populaire, a dit le ministre.

Le malentendu n’est pas avec le Conseil de sécurité, comme tente de le faire croire le secrétariat général de l’ONU, mais il fait suite aux graves dérapages et déclarations menaçant la sécurité et la stabilité régionale et qui sortent du cadre et des dispositions régissant l’action du secrétariat général de l’ONU, a relevé M. Mezouar, saluant, à cet égard, l’attitude sage et responsable du Conseil de Sécurité dans cette affaire.
M. Mezouar a également souligné que le Maroc reste engagé dans sa coopération avec la composante militaire de la MINURSO, dans le cadre du mandat qui lui est confié, affirmant que les contacts entre les Forces Armées Royales et le Commandement militaire de la MINURSO sont continus et ininterrompus à ce jour.

« Les contacts se poursuivent sur le terrain entre les Forces Armées Royales et la composante militaire de la MINURSO de manière à veiller au maintien du cessez-le-feu dans des conditions normales », a expliqué le ministre, relevant que « le Maroc a exprimé, à plusieurs occasions, sa disposition à fournir le soutien et l’appui logistique suffisants pour permettre à la composante militaire de la MINURSO de s’acquitter de son mandat dans de bonnes conditions ».

De même, les contacts avec la Représentante Spéciale du Secrétaire général, Mme Kim Bolduc, se poursuivent de manière normale et continue, a-t-il fait savoir, soulignant que sur cette base, et dans le respect des décisions qu’il a prises, le Maroc demeure ouvert au dialogue constructif, responsable et sans condition, dans un esprit de respect mutuel.

« Un tel dialogue devrait, d’une part, ne pas ignorer les raisons de la situation actuelle et, d’autre part, tendre à reconstruire la confiance et sauver le processus politique, qui a été fragilisé par les dérapages de M. Ban Ki Moon », a toutefois noté le ministre.
D’autre part, M. Mezouar a relevé que les décisions prises par le Royaume du Maroc concernant le départ des membres de la composante civile, et particulièrement politique, de la MINURSO, sont des décisions responsables et proportionnelles à la gravité des dérapages du Secrétaire général de l’ONU, lors de sa dernière visite dans la région.

Et de rappeler que ces décisions prises par le Royaume du Maroc « sont souveraines et irrévocables » et s’appuient sur un consensus national et un soutien inconditionnel de l’ensemble des composantes du peuple marocain.
24/03/2016