À la une


Date de mise en ligne : 23 octobre 2017

Le Soudan du Sud est “très compréhensif” de la position du Maroc concernant la question du Sahara et soutient le rôle de l’ONU

 Le Soudan du Sud est “très compréhensif” de la position du Maroc au sujet de la question du Sahara, a affirmé, dimanche à Rabat, le ministre sud-soudanais des Affaires étrangères, Deng Kuol Alor, en visite de travail dans le Royaume.

S’exprimant lors d’un point de presse conjoint avec le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, M. Nasser Bourita, le ministre sud-soudanais a souligné que son pays loue et soutient le rôle des Nations Unies dans cette affaire.
Le responsable sud-soudanais a indiqué que les entretiens qu’il a eus avec M. Bourita ont été l’occasion d’examiner les moyens à même de renforcer davantage la coopération bilatérale dans le domaine politique, ainsi que la situation actuelle au Soudan du Sud et la question de l’intégrité territoriale du Royaume du Maroc.
Pour sa part, M. Nasser Bourita a affirmé que la visite de M. Kuol Alor au Maroc s’inscrit dans le cadre de l’aboutissement de la visite effectuée par SM le Roi Mohammed VI à Djouba en février dernier, lors de laquelle neuf Accords de coopération ont été signés sous la présidence du Souverain et du président sud-soudanais, M. Salva Kiir Mayardit.
Les entretiens avec M. Kuol Alor ont porté sur l’état d’avancement de l’exécution de ces accords, ainsi que sur les moyens à même de consolider les relations de coopération entre les deux pays, a fait savoir M. Bourita, notant que l’ouverture prochaine de l’ambassade du Soudan du Sud à Rabat sera porteuse de résultats.
M. Bourita a ajouté que les deux parties ont également examiné la question des 50 bourses d’études octroyées par le Royaume au profit des étudiants sud-soudanais en vue de poursuivre leurs études au Maroc, et ce en tenant compte des priorités du Soudan du Sud dans les domaines de développement.
Les discussions ont porté aussi sur le développement de la situation au Soudan du Sud et les perspectives de trouver une solution qui garantit la sécurité, la stabilité et le développement dans ce pays africain frère, a indiqué le ministre, ajoutant que les deux parties ont également abordé les questions régionales notamment l’agenda de l’Union Africaine.
22/10/2017