À la une


Date de mise en ligne : 5 décembre 2018

Table ronde de Genève sur le Sahara : Le Maroc convaincu de la justesse de sa cause, confiant en le processus onusien

Le Maroc prend part, ce mercredi à Genève, à la table ronde sur le différend régional autour du Sahara marocain, fort convaincu de la justesse de sa cause nationale et confiant en le processus onusien.

La participation marocaine à cette table ronde, qui s’ouvrira en début d’après midi au Palais des Nations à Genève, fait suite à l’invitation de l’Envoyé personnel du secrétaire général de l’ONU, Horst Köhler, adressée au Maroc, à l’Algérie, au « polisario » et à la Mauritanie.

Elle est l’expression concrète de l’adhésion du Maroc à la dynamique de relance du processus politique, lancée par le Secrétaire Général de l’ONU Antonio Guterres, en collaboration avec son Envoyé Personnel, encadré notamment par la résolution 2440 du Conseil de sécurité de l’ONU, qui a préservé tous les acquis du Maroc consacrés dans les résolutions précédentes à savoir, la prééminence de l’initiative marocaine d’autonomie, le caractère sérieux et crédible des efforts du Royaume et l’appel à l’enregistrement des populations des camps.

Dans ce cadre, l’esprit et la lettre de la résolution onusienne guideront les travaux de cette table ronde dans la mesure où les participants sont invités à y prendre part «sans conditions préalables et de bonne foi» et à « œuvrer de manière constructive avec l’envoyé personnel, dans un esprit de compromis, durant toute la durée du processus, pour parvenir à des résultats positifs». A la veille de cette rencontre, le porte-parole adjoint du secrétaire général de l’ONU, Farhan Haq, a réitéré le soutien de M. Guterres à son Envoyé personnel et ses efforts « pour relancer le processus de négociation conformément à la résolution 2440 du Conseil de sécurité du 31 octobre 2018″. Le chef de l’ONU a exhorté «chacun à s’engager de bonne foi, sans conditions préalables et dans un esprit constructif dans les discussions », a ajouté le porte-parole.

S’agissant de la composition de la délégation marocaine conduite par M. Nasser Bourita, ministre des Affaires étrangères de la Coopération internationale, qui de mieux que les représentants élus des populations des provinces du sud du Royaume, peuvent témoigner de la dynamique que connaissent ces régions, à la faveur des projets grandioses lancés par SM le Roi Mohammed VI et l’ambition que le Souverain nourrit pour ces provinces si chères du Maroc. Qui de mieux que ces élus peuvent montrer le degré de maturité démocratique qui les a portés à la tête des différentes assemblées de gestion des affaires locales. Qui peut encore témoigner à leur place du déchirement familial dont ils souffrent en voyant leurs frères, leurs cousins, leurs amis et proches vivre avec un statut de réfugié dans des camps de la honte, sous surveillance militaire algérienne. Outre l’ambassadeur Omar Hilale, représentant permanent du Royaume auprès des Nations Unies à New York, les provinces du sud sont représentées par des élus qui peuvent porter fièrement l’étendard de la représentativité légitime des fils du sahara marocain et sont les mieux placés pour le défendre. La délégation des provinces du sud comprend Sidi Hamdi Ould Errachid, président de la région Laâyoune-Sakia El Hamra, Ynja Khattat, un ancien membre du polisario qui avait rallié le Maroc au milieu des années 90 et qui préside aujourd’hui la région Dakhla-Oued Eddahab et Mme Fatima Adli, acteur associatif et membre du Conseil municipal de Smara.
………………….
Par Adil ZAARI JABIRI
 05/12/2018