À la une


Date de mise en ligne : 21 juin 2022

La vice-présidente de la Chambre des députés du Chili salue les efforts du Maroc pour résoudre le différend artificiel autour du Sahara marocain

Rabat – La vice-présidente de la Chambre des députés de la République du Chili, Claudia Nathalie Jimenez Mix, a salué, lundi à Rabat, les efforts du Maroc visant à trouver une solution politique définitive au différend artificiel sur la question du Sahara marocain.

 

Lors d’une rencontre avec le premier vice-président de la Chambre des conseillers, Mohamed Hanine, Mme Jimenez Mix, a mis en avant les efforts déployés au niveau bilatéral pour renforcer le rapprochement entre les deux pays et les deux institutions parlementaires, eu égard aux potentialités historiques et économiques qu’ils partagent et à l’importance accordée aux questions d’intérêt commun, telles que l’énergie, l’immigration et la sécurité, indique un communiqué de la Chambre des conseillers.

 

A cette occasion, la responsable chilienne, qui effectue actuellement une visite de travail au Royaume à la tête d’une importante délégation parlementaire, a présenté un aperçu sur la scène politique actuelle au Chili, marquée par l’action visant à réaliser plusieurs réformes politiques et constitutionnelles importantes.

 

Pour sa part, M. Hanine a exprimé l’estime de la Chambre des conseillers pour le soutien indéfectible du Chili, gouvernement et parlement, à l’intégrité territoriale du Royaume, louant les initiatives du Parlement chilien à cet égard, en particulier l’initiative 2020 relative au soutien du Maroc dans les questions d’immigration et aux efforts du Royaume pour sécuriser le passage d’El Guerguerat.

 

Il a aussi salué le soutien du Chili à l’initiative 2018 appuyant la position du Maroc et soulignant l’importance du plan d’autonomie présenté par le Maroc comme solution réaliste au différend artificiel sur la marocanité des provinces du Sud.

 

M. Hanine a également présenté un aperçu sur la Chambre des conseillers, sa position constitutionnelle singulière compte tenu de la diversité de sa composition avec ses leviers territoriaux, sociaux, professionnels et économiques, ainsi que de la spécificité de ses attributions et missions.

 

Il a salué, dans ce sens, le niveau des relations d’amitié et de coopération distinguées entre le Maroc et le Chili, soulignant que ces rapports tirent leur force des liens historiques et civilisationnels communs, d’un ensemble de valeurs humaines partagées et de l’intérêt accordé à plusieurs questions bilatérale et internationale, au premier plan desquelles figurent la promotion de la sécurité, la paix, la stabilité internationale, le développement durable, l’intégration régionale, les énergies renouvelables, la sécurité alimentaire, le changement climatique, les questions migratoires, le crime organisé, etc.

 

M. Hanine a souligné également la disponibilité de la deuxième chambre à jouer son rôle dans le cadre de la diplomatie parlementaire, afin d’accompagner les relations bilatérales « avec tout le soin et l’intérêt nécessaires pour qu’elles soient au niveau des aspirations communes, notamment dans les domaines économique, commercial et d’investissement, qui sont encore en deçà du niveau escompté par les deux pays, dont la position géographique distinguée leur permet d’être un pont de communication entre l’Afrique, le monde arabe et l’Amérique latine ».  

 

La ferme volonté de la Chambre des conseillers de consolider les relations maroco-chiliennes, notamment à travers la dynamisation du groupe d’amitié et de coopération, émane des orientations stratégiques du Royaume basées sur l’intérêt croissant accordé aux relations Sud-Sud, notamment avec les pays d’Amérique latine et conformément aux Directives de SM le Roi Mohammed VI, a-t-il insisté.

 

La Chambre des conseillers en particulier a œuvré récemment pour renforcer sa présence active dans plusieurs forums parlementaires en Amérique latine, en particulier le Forum des présidents et présidentes des pouvoirs législatifs d’Amérique centrale, des Caraïbes et du Mexique (FOPREL), le parlement centraméricain et le parlement andin, a souligné M. Hanine.

 

Au cours de cette rencontre, à laquelle ont pris part plusieurs membres du bureau de la Chambre, les deux parties ont passé en revue les différents aspects des relations bilatérales et les moyens permettant de les développer et de les renforcer pour servir les intérêts communs des deux pays et peuples amis.

 

Cette réunion a été également l’occasion de mettre en exergue les réformes politiques, constitutionnelles et juridiques entreprises par le Maroc en vue d’autonomiser la femme marocaine aux niveaux politique et économique et d’assurer l’accès des femmes aux postes de responsabilité aux niveaux parlementaire, gouvernemental, et au niveau des collectivités territoriales et des établissements publics.

 

MAP 20 juin 2022