culture


Date de mise en ligne : 3 avril 2017

« Au chœur du tango », un concert « inédit » au Maroc et en Afrique

Le concert « Au chœur du tango », qui sera présenté les 01 et 02 avril à Casablanca et à Rabat par la Chorale Polyphonique de Casablanca, est un spectacle « inédit » au Maroc et en Afrique, a souligné Mme Marie-Claire Agoumi, chef de chœur de la chorale casablancaise.

A travers ce concert, qui se tiendra avec le soutien de l’Ambassade d’Argentine à Rabat, le public marocain va découvrir toutes les facettes du monde du Tango par le biais du chant choral, de la musique et de la danse, a indiqué Mme Agoumi dans un entretien à la MAP, ajoutant qu’il y a très peu de spectacles de ce style (œuvre chorale du tango, orchestre de tango et danseurs du tango) au Maroc et même dans le monde entier.

La partie la plus inédite du concert sera la première qui présente l’œuvre « Misa Tango » du célèbre compositeur argentin Martin Palmeri, chantée par la Chorale Polyphonique de Casablanca, accompagnée d’une petite formation musicale comprenant, entre autres, soliste, Bandonéon, piano et Quatuor à cordes, a-t-elle expliqué, ajoutant que la deuxième partie du concert sera marquée par la participation de l’Orchestre italien de Tango « Hypérion » avec démonstration de Tango par deux danseurs professionnels.

Selon Mme Agoumi, « Misa Tango » (1996), une œuvre en latin qui n’en finit pas de parcourir le monde, où les plus grands chœurs l’inscrivent à leur répertoire, est l’une des rares œuvres chorales chantées dans les harmonies et les rythmes du tango argentin.

C’est la première fois que cette œuvre est jouée en Afrique après avoir parcouru le monde entier, s’est félicitée Mme Agoumi, précisant que la présentation de cet œuvre, « envoutante et difficile techniquement » chantée par les Chœurs du monde entier, a nécessité plus d’une année de coordination, de travail et de répétitions.

Outre sa valeur artistique et lyrique, ce concert, auquel assistera le compositeur Martin Palmeri, permettra à la Chorale Polyphonique de Casablanca, qui a déjà la particularité de représenter une diversité sociale, générationnelle, culturelle et religieuse, de s’ouvrir sur d’autres cultures musicales, a-t-elle précisé, soulignant l’importance du chant choral dans le rapprochement des êtres et la consolidation de la compréhension mutuelle.

« Dans notre choix du répertoire, il y a une grande diversité et nous sommes toujours à la recherche d’œuvres musicales du monde entier qui nous ouvrent, ainsi que le public, sur d’autres cultures musicales », a dit Mme Agoumi qui n’écarte pas la possibilité d’aller à la recherche d’autres écoles musicales pour présenter au public marocain les grandes oeuvres de classe mondiale.

Pour réaliser cet objectif, Mme Agoumi a insisté sur l’importance vitale du soutien du chant choral au Maroc qui, selon elle, mérite d’être développé à l’instar des autres formes de cultures.

La Chorale Polyphonique de Casablanca, créée en 1994, fait partie du Mouvement International « A cœur Joie ». Elle est dirigée depuis plus de quinze années par Marie-Claire Agoumi.

Constituée de plus de 60 choristes de différentes nationalités résidant à Casablanca, la Chorale Polyphonique de Casablanca offre l’image d’un brassage ethnique, culturel et artistique exemplaire.
……………..
Propos recueillis par Omar EL MRABET
01/04/2017