société


Date de mise en ligne : 2 août 2017

Dakhla : gestion des conflits par des moyens pacifiques

Le wali de la région de Dakhla-Oued Eddahab, gouverneur de la province d’Oued Eddahab, Lamine Benomar, a présidé, vendredi, la cérémonie d’ouverture de deux centres de médiation familiale et de gestion des conflits par des moyens pacifiques (projet Al Amal et le centre Arij), à l’occasion de la célébration du 18ème anniversaire de l’accession de SM le Roi Mohammed VI au Trône de Ses glorieux Ancêstres.

L’ouverture de ces deux centres, à laquelle ont assisté des présidents de conseils élus, des présidents des services extérieurs, et des représentants de la société civile, rentre dans le cadre des mutations et des défis auxquels fait face la famille marocaine, et conformément aux engagements constitutionnels du Maroc, qui considèrent la famille issue de l’institution du mariage comme étant la cellule fondamentale de la société.

Evoquant à cette occasion les projets et programmes de proximité au profit des catégories sociales en situation de précarité, réalisés par le ministère de la Famille, de la solidarité, de l’égalité et du développement social et l’Agence de développement social, le coordinateur régional de l’Agence de développement social dans la région de Dakhla-Oued Eddahab, Ahmed Hormat Allah a indiqué que 25 projets dans la région ont été financés entre 2015 et 2016 avec une enveloppe financière de trois millions de dirhams. La construction des centres de médiation familiale qui s’inscrit dans le cadre du programme de gestion des partenariats avec les associations actives dans la région et entre le ministère de tutelle et l’Agence de développement social, a pour objectif le soutien des associations ainsi que la concrétisation de leurs plans et visions à travers des projets et programmes de proximité, a précisé M. Hormat Allah dans une déclaration à la MAP.

Il a également noté que les prestations sociales fournies par les centres de médiation familiale interviennent dans le cadre de la mise en oeuvre des dispositions du programme gouvernemental 2012-2016, lesquelles ont souligné la nécessité de renforcer et protéger la famille à travers la mise en place d’une politique familiale intégrée visant entre autres la cohésion familiale et le renforcement de ses rôles préventifs ainsi que l’encouragement des initiatives des associations de proximité qui oeuvrent dans ce domaine.
30/07/2017