A la une

politique


Date de mise en ligne : 7 octobre 2018

Deux journaux panaméens épinglent la collusion entre l’Iran et le polisario

 Les quotidiens panaméens La Estrella et La Prensa ont épinglé “la collusion” entre l’Iran, via son allié le Hizbollah, et le mouvement séparatiste du poisario, une alliance malveillante qui veut semer la déstabilisation et le chaos en Afrique du Nord.

A cet égard, La Estrella évoque la résolution bipartisane introduite à la Chambre des représentants du Congrès américain qui condamne la collusion entre le polisario et le Hizbollah et les visées déstabilisatrices de l’Iran en Afrique du nord et au-delà.

La résolution, introduite par le Congressman républicain Joe Wilson, ainsi que ses collègues Carlos Curbelo (Républicain) et le démocrate, Gerry Connolly, à la Chambre des représentants, constitue une réaffirmation forte de la relation séculaire entre le Royaume du Maroc et les Etats-Unis et fustige l’Iran qui “fournit un soutien matériel et financier à des organisations terroristes tel que le Hezbollah, que les Etats Unis avaient désigné comme étant une organisation terroriste internationale”.

Le texte, ajoute le journal, appelle le Président américain Donald Trump, le Secrétaire d’Etat, Mike Pompeo, et la Représentante US à l’ONU à soutenir les efforts des Nations Unies visant un règlement pacifique de la question du Sahara, en droite ligne de la position de Washington, qui a, maintes fois, qualifié le plan d’autonomie de “sérieux, crédible et réaliste”.

Par ailleurs, le quotidien rappelle que Washington, par le biais de la Coordinatrice politique à la mission des Etats-Unis auprès des Nations Unies, Amy Tachco, avait réaffirmé, en avril dernier, que le plan d’autonomie marocain demeure “sérieux, crédible et réaliste”, et représente une “approche potentielle” pour un règlement définitif à la question du Sahara.

“Nous continuons de voir le plan d’autonomie marocain comme étant sérieux, crédible et réaliste, et représente une approche potentielle pour satisfaire les aspirations des populations du Sahara (…) à gérer leurs propres affaires dans la paix et la dignité”, avait-elle souligné, devant le Conseil de sécurité après l’adoption de la résolution 2414.

De son côté, “La Prensa”, dans un article d’Euclides Tapia, professeur des relations internationales à l’université de Panama, écrit que le Maroc avait rompu ses relations diplomatiques avec l’Iran après avoir constaté des “relations effectives bien établies” entre le polisario et le Hizbollah, que le journal a qualifié de l’un des principaux bras armés internationaux de l’Iran.

Le quotidien ajoute que la décision du Maroc s’est basée sur des preuves irréfutables d’actes hostiles de la part de l’Iran qui, à travers le Hizbollah, avec la complicité de l’Algérie, oeuvre à livrer des équipements militaires évolués au polisario, pour provoquer le Maroc.

“Il est clair que l’Iran, en dépit des manifestations de protestation qu’elle connait et de la dégringolade de son économie, n’a pas cessé de financer et de transférer des fonds colossaux à ses alliés et ses milices dans les pays arabes et même à des cellules terroristes”, conclut l’auteur, également directeur de l’Ecole des relations internationales de l’université de Panama.
06/10/2018