A la une

politique


Date de mise en ligne : 4 février 2018

Diplomate : Le retour du Maroc au sein de l’UA, une « reconnaissance de l’engagement » de SM le Roi à l’égard de l’Afrique

Le retour du Maroc au sein de sa famille institutionnelle africaine, intervenu en janvier 2017, constitue une « reconnaissance de l’engagement » de SM le Roi Mohammed VI à l’égard du continent africain, a indiqué l’Ambassadeur du Royaume en Colombie et en Équateur, Mme Farida Loudaya.

La réintégration du Maroc à l’Union Africaine (UA), rendue possible grâce à la forte implication du Royaume dans les questions de développement en Afrique, permettra aux pays du continent d’atteindre des objectifs communs, a ajouté Mme Loudaya, dans un entretien accordé au quotidien colombien « Primicia Diario ».

Elle a, dans ce contexte, évoqué l’élection du Maroc au sein du Conseil de Paix et de sécurité de l’UA, la semaine dernière à Addis-Abeba, estimant qu’il s’agit d’une « reconnaissance du rôle du Maroc dans le maintien de la paix non seulement en Afrique mais dans le monde entier ».

Mme Loudaya a de même mis en avant le rôle « clé » que joue le Royaume dans la gestion des questions relatives à la migration, rappelant qu’en reconnaissance de ses efforts dans ce domaine, le Maroc à été désigné par l’ONU pour abriter, en décembre 2018, la Conférence internationale sur la migration (CIM 2018).

Évoquant la question de l’intégrité territoriale du Royaume, la diplomate est revenue sur la genèse du conflit autour du Sahara marocain, créé dans un contexte de guerre froide, s’arrêtant sur les différentes étapes du processus de parachèvement de l’intégrité territoriale du Maroc.

Elle a cet égard expliqué que le problème du Sahara perdure depuis plus de 40 ans à cause du manque de volonté chez les autres parties pour mettre fin à ce conflit qui, a-t-elle déploré, entrave la construction de l’Union du Maghreb Arabe (UMA), alors que le Maroc ne ménage aucun effort pour trouver une solution pacifique à ce différend régional.

Face à cette « situation de statut quo », le Royaume a proposé en 2007 une Initiative pour la négociation d’un statut d’autonomie de la région du Sahara marocain, laquelle initiative a été qualifiée par le Conseil de sécurité de l’ONU dans ses différentes résolutions de « sérieuse, crédible et réaliste », a-t-elle rappelé.

L’initiative marocaine a été également saluée par la communauté internationale qui a reconnu les efforts du Maroc pour avancer dans un processus politique afin de résoudre le conflit régional autour du Sahara marocain, a-t-elle dit dans cet entretien, illustré d’une photo de SM le Roi lors de Sa participation, en janvier 2017, au 28ème sommet de l’UA à Addis-Abeba.

Répondant à une question sur le statut de la femme au sein de la société marocaine, l’ambassadeur a passé en revue les différents acquis de la femme marocaine lors des dernières années, mettant l’accent sur l’intérêt qu’accorde le Souverain à la promotion de la situation de la femme, citant, entre autres, l’adoption d’un nouveau Code de la famille.

Elle a dans ce sens fait état de la récente décision de SM le Roi d’autoriser les femmes marocaines à exercer la profession d’adoul.

Abordant par ailleurs les relations entre le Maroc et la Colombie, qu’elle a qualifiées d’ »excellentes », Mme Loudaya a affirmé qu’il existe un « agenda positif » entre les deux pays qui partagent des « valeurs communes et des visions convergentes sur la plupart des questions régionales et internationales ».

Après avoir déploré le fait que les échanges commerciaux bilatéraux demeurent en deçà des potentialités existantes, elle a estimé que le Maroc, de par sa position géostratégique, pourrait constituer une porte d’entrée en Afrique des investissements et des entreprises colombiennes qui aspirent à se positionner sur les marchés de la région, ainsi qu’une plateforme pour l’Alliance du Pacifique qui dispose d’un bureau commercial à Casablanca.

S’agissant des relations humaines entre les peuples marocain et colombien, elle a fait état de l’intérêt de plus en plus croissant qu’accordent les Colombiens à la découverte de l’histoire et de la culture marocaines, précisant que le nombre de touristes du pays sud-américain ayant visité en 2017 le Royaume a crû de 25% par rapport à l’année précédente.

03/02/2018