A la une


Date de mise en ligne : 7 novembre 2016

Le discours Royal à Dakar  » un hymne » à l’Afrique

Le discours prononcé par SM le Roi Mohammed VI à Dakar, en commémoration du 41-ème anniversaire de la Marche Verte, est « un hymne » à l’Afrique en quête d’elle même et dont le retour prévisible du Maroc au sein de la famille africaine en est la marque et la trace, a souligné le politologue Abderrahim Hafidi dans une analyse publiée lundi sur le site français « Atlasinfo », sous le titre l' »Appel de Dakar du Roi Mohammed VI »

« Le discours royal innove par la singularité de la démarche : s’adresser à la Nation pour commémorer le pacte libérateur des provinces sahariennes à partir d’un pays ‘étranger’ ! Sans doute, le lien d’allégeance qui unit le peuple sénégalais au Souverain, à travers Imarat Al Mouminine, rend cette démarche tout aussi légitime que pertinente », a fait observer M. Hafidi, relevant qu’au delà de cette singularité, le discours de SM le Roi à la Nation s’inscrit dans une démarche panafricaine qui prend appui sur la feuille de route programmatique dont l’horizon serait de réintégrer le Maroc au sein de la famille africaine, laissée vacante depuis 1984.

« Ce retour n’est pas une simple formalité diplomatique. Le Souverain a réitéré dans Son discours la volonté du Maroc de contribuer à sortir l’Afrique de sa double impasse, celle qui trace une ligne +Maginot+ entre l’Afrique francophone et celle anglophone », a indiqué M. Hafidi, notant que la visite de SM le Roi au Rwanda et en Tanzanie confirme la stratégie royale de compléter sa profondeur stratégique qui va au delà des pays africains de tradition musulmane ou francophone.

L’autre impasse, explique le politologue, est celle des déchirements inter africains qui secouent le continent et l’empêchent de grandir, faisant allusion aux velléités hégémoniques de certains États (l’Algérie et l’Afrique du Sud notamment) qui tentent de monnayer leur contribution financière à l’organisation africaine en contrepartie d’une mainmise sur le centre de décision.

Par ailleurs, M. Hafidi a souligné que la tenue de la COP 22 au Maroc, est l’occasion de donner au Souverain « la pleine mesure de porter la voix du continent africain au sujet des effets calamiteux du dérèglement climatique », faisant remarquer que l’une des conséquences du désastre écologique, dont la sécheresse n’est qu’un des aspects, se traduit par le mouvement massif d’immigration et ses répercussions.

Et de rappeler, à cet égard, qu’en régularisant plus de 25.000 réfugiés africains, le Maroc donne des gages de sa bonne volonté qui a tant manqué ailleurs.

Sur un autre registre, M. Hafidi relève que SM le Roi a imprimé à la prochaine législature Son marqueur africain, en appelant le prochain gouvernement à intégrer la coopération avec l’Afrique parmi ses priorités.
07/11/2016