A la une

politique


Date de mise en ligne : 23 juin 2018

Expert italien: Les liaisons étroites entre le polisario et des groupes jihadistes mettent en péril la stabilité du Sahel 

 Les liaisons étroites entre le polisario et des groupes jihadistes mettent en péril la stabilité de la région du Sahel et du Sahara, et menacent même l’Europe, a estimé l’expert et universitaire italien Alessio Postiglione.

Dans un article publié par l’Institut interrégional des Nations-unies pour la recherche sur la criminalité et la justice (UNICRI), l’analyste a expliqué que “les connexions des séparatistes avec des organisations criminelles représentent une menace directe à la sécurité de toute la région”.

Relevant les mauvaises conditions de vie et la situation de désarroi dans lesquelles vivent les jeunes dans les camps de Tindouf, M. Postiglione a souligné que cette zone est devenue un terreau fertile pour l’enrôlement et le recrutement de nouveaux combattants dans les rangs des groupes terroristes.

Il a dans ce contexte évoqué l’enlèvement d’une touriste italienne dans le sud algérien par des jihadistes avec la complicité de membres du front polisario, un cas que l’expert mentionne dans son ouvrage “Sahara : désert des groupes mafieux et de jihad”.

Ce livre paru en 2017 aux éditions italiennes Castelvecchi jette un éclairage cru sur la collusion dangereuse des séparatistes avec les réseaux de trafic de drogue et d’êtres humains opérant depuis l’Amérique du Sud, dès lors que les deux parties partagent les mêmes idéologies.

L’expert a rappelé que l’ouvrage cite des témoignages recueillis auprès de magistrats qui confirment l’implication de mafias dans la falsification de documents en vue d’aider des migrants, mais aussi des terroristes, à circuler librement dans l’UE, tout en attirant l’attention sur le risque de financement d’attaques terroristes en Europe.

Ex-magistrat, journaliste, universitaire et militant de la gauche italienne, Alessio Postiglione a collaboré dans cette publication avec son compatriote Massimiliano Boccolini, lui aussi reporter et universitaire.
22/06/2018