La marche verte

Le 16 octobre 1975, feu le Roi Hassan II, que Dieu ait, avait annoncé l’organisation de la plus grande marche pacifique de l'Histoire, la Marche Verte à laquelle avaient participé 350.000 Marocains. Cette marche a permis la libération des provinces du Sud et la réintégration par nos compatriotes sahraouis de la mère-patrie. Elle a ainsi mis fin à près de trois quarts de siècle de colonisation et d'occupation et a permis à notre pays de parachever son intégrité territoriale dans ses frontières du Sud.

Ayant que la Cour internationale de Justice à La Haye ait rendu son avis consultatif que le Sahara en reconnaissant le droit du Maroc au Sahara et en confirmant l'existence de liens juridiques et d'allégeance entre le trône et les tribus du Sahara, le défunt Roi avait annoncé l’organisation d’une marche verte pour récupérer son Sahara.

De l'avis de nombreux historiens, universitaires et sociologues, l’événement de la mache est un fait social et psychologique par excellence. Selon l’universitaire Abdallah Saaf, il s’agit de l’événement phare qu’a connu les Marocains après l'indépendance.

Le 5 Novembre 1975, le Roi Hassan II avait adressé un discours aux volontaires devant participer à cette marche en disant: « Demain, tu franchiras la frontière. Demain, tu entameras ta Marche. Demain, tu fouleras une terre qui est tienne. Tu palperas des sables qui sont tiens. Demain, tu embrasseras un sol qui fait partie intégrante de ton cher pays ».

C’est ainsi que 350.000 Marocains de toutes les régions du Royaume avaient participé à la marche verte, dont 10 pour cent des femmes, outre des délégations d’Arabie saoudite, de Jordanie, du Qatar, des Émirats arabes unis, d’Oman, du Soudan, du Gabon et du Sénégal ainsi que le Secrétaire général de l'Organisation de la Conférence islamique (OCI). Le nombre des participants équivalait au nombre de naissances au Maroc durant cette période.

En fait, il n'a pas été difficile pour le Roi de convaincre les citoyens marocains à se déplacer au Sahara, la relation étant étroite entre le trône et le peuple. Ainsi, l'amour et le respect qu’éprouvent les Marocains à la personne du Roi et au trône alaouite a fait de la participation à la marche verte un devoir national.

Munie de la seule foi en la justesse de sa cause et brandissant le Saint Coran et le drapeau national, une marée humaine de 350.000 volontaires civils, venant de toutes les régions du Royaume, a répondu à l'appel lancé par Feu SM Hassan II et convergé, en toute sérénité, vers Tarfaya dans une véritable illustration de la parfaite symbiose entre un Roi militant et un peuple valeureux. Cette grande marche populaire et patriotique a ouvert la voie à la libération des provinces du Sud et ce, après que la Cour de La Haye ait confirmé l'existence de liens juridiques et d'allégeance entre les Sultans du Maroc et les tribus sahraouies.

Cette marche témoigne aussi de l'ingéniosité d'un Roi unificateur qui a réussi de manière civilisée et pacifique à la faveur d'une conviction ferme en le droit au recouvrement des provinces du Sud, à faire hisser, le 28 février 1976, le drapeau national dans le ciel de Laâyoune, annonçant ainsi la fin de la présence coloniale dans le Sahara marocain.

Elle a ainsi démontré au monde entier la ferme volonté de ce peuple courageux de concrétiser ses objectifs en brisant les frontières artificielles entre les fils de la même Patrie.

Cette volonté à défendre la patrie n'a cessé de se confirmer au fil des années en dépit des manœuvres des adversaires de l'intégrité territoriale qui ne ménagent aucun effort pour porter atteinte à la réputation du Royaume et à sa souveraineté.