A la une


Date de mise en ligne : 26 septembre 2016

Laâyoune ..Législatives : Pour l’émergence d’une élite en mesure d’accompagner la mise en œuvre du nouveau modèle de développement des provinces du Sud

Rendez-vous historique très important sur la voie de la consécration des réformes démocratiques engagées au Maroc, le scrutin du 07 octobre constitue, de l’avis de chercheurs et d’acteurs locaux à Laâyoune, une étape propice pour l’émergence d’une élite en mesure d’accompagner la mise en œuvre du nouveau modèle de développement des provinces du sud.

Aux dires de ces acteurs, la participation massive des populations des provinces du sud à ces échéances est, par ailleurs, un signal fort de portée locale, nationale et internationale, reflétant leur détermination infaillible à participer au processus politique et à l’édification des institutions, ainsi que leur mobilisation constante pour la défense de l’unité nationale et de l’intégrité territoriale du Royaume.

Dans ce sens, Saidi Bouchakouk, expert de la chose politique et électorale à Laâyoune, a mis en avant tout l’intérêt porté par les populations des provinces du sud au scrutin du 07 octobre qui marque, a-t-il dit, une étape importante pour l’élection des membres de la Chambre des Représentants en prélude à la formation d’un gouvernement auquel sera confiée la tâche de gérer la chose nationale au cours des cinq prochaines années.

« Lors des précédentes expériences électorales, les provinces du sud se sont illustrées par une participation massive des électeurs, un engouement qui revêt plusieurs significations, en ce sens qu’il incarne tout l’attachement de la population locale à l’unité nationale et son adhésion ferme au processus politique en vue de réussir toutes les étapes électorales », a-t-il soutenu dans une déclaration à la MAP.

Ce scrutin du 07 octobre est d’autant plus important pour les populations locales qu’il intervient dans le sillage de la mise en œuvre du nouveau modèle de développement des provinces du sud lancé en novembre dernier par SM le Roi Mohammed VI, a-t-il poursuivi, invitant les futurs députés qui auront le privilège de représenter la région à la Chambre des Représentants à s’investir profondément dans la mise en œuvre de ce chantier d’envergure.

Il a relevé, de même, que ces élections « s’inscrivent dans le cadre des mécanismes démocratiques représentatifs et de participation politique permettant aux citoyens d’élire des représentants de la nation qui soient en mesure d’exprimer leurs aspirations et leurs attentes et de défendre les intérêts de l’espace territorial qu’ils représentent dans le cadre d’une approche de développement durable ».

Après avoir insisté sur la nécessité que ces élections se déroulent dans un climat de concurrence politique loyale et dans l’esprit de la démocratie représentative, M. Bouchakouk a mis en avant le rôle des députés en tant « qu’intermédiaires » dans le cadre de la déclinaison des politiques publiques nationales à l’échelle locale.

Pour sa part, l’enseignant universitaire Mohamed Atouif a fait constater que le scrutin de 07 octobre est un rendez-vous historique pour la consécration des réformes démocratiques engagées au Maroc dans la perspective de la formation d’un gouvernement fort et en mesure de conduire la marche de développement et les grands chantiers dans les différents domaines économique, social et politique, aussi bien sur les plans national, régional qu’international.

Il a insisté sur l’importance pour les partis politiques en lice de placer l’intérêt supérieur du pays au dessus de toutes les surenchères et les calcules étriqués, tout en s’engageant à la mise en œuvre saine et démocratique de la constitution.

Evoquant les enjeux de ces élections pour les provinces du sud, il a relevé que la mise en œuvre du nouveau modèle de développement de ces provinces et l’essor qu’elles connaissent requièrent davantage de compétences et de ressources humaines qualifiées et aptes à relever les défis, à gérer la chose publique et à trouver des solutions efficaces aux différentes questions d’ordre local, régional et national.

M. Atouif s’est réjouit, de son côté, de la mobilisation constante et la forte participation des populations des provinces du sud en vue de réussir toutes les échéances électorales, notant que cette réponse massive à l’appel du devoir civique illustre la forte adhésion des habitants au processus démocratique national, comme elle constitue un message fort de leur attachement à l’intégrité territoriale du Royaume.

Pour sa part, Mme Oum Al Fadal MaeLainine, chercheur oeuvrant dans le domaine associatif, a considéré que les échéances électorales du 07 octobre marquent une étape charnière dans le processus de développement législatif en prélude à la formation d’un gouvernement investi dans la gestion des réformes d’envergure au service des intérêts supérieurs du Royaume.

Ces législatives, les deuxièmes depuis l’adoption de la constitution de 2011, revêtent une importance particulière dans le contexte actuel et constituent un pari national permettant aux partis politiques et aux citoyens de choisir des élus sur la base des critères de compétence, d’intégrité et d’aptitude à poursuivre le développement et répondre aux aspirations des populations locales, a-t-elle ajouté.
26/9/2016