A la une

politique


Date de mise en ligne : 11 juin 2017

L’adhésion du Maroc à la CEDEAO, une « évolution naturelle » qui traduit la volonté du Royaume de contribuer au succès de cet espace

L’adhésion du Maroc à la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), est une « évolution naturelle » qui s’inscrit dans le droit fil de la volonté du Royaume de contribuer à une réussite accentuée de cet espace commun, qui présente des défis, mais aussi et surtout, tant d’atouts et de potentialités, a souligné l’ambassadeur du Maroc en Côte d’Ivoire, Abdelmalek Kettani.

« Le Maroc est présent en Afrique de l’Ouest depuis des siècles avec ses familles de commerçants, ses entrepreneurs et ses religieux qui, depuis toujours et à plusieurs niveaux, ont joué un rôle moteur et contribué à la construction de cette région du monde, tant sur le plan économique, politique, ou encore spirituel », a ajouté M. Kettani dans un entretien publié par le quotidien +Le Patriote+ dans sa livraison de ce weekend.

Et de poursuivre que la stratégie qu’a développée le Royaume, sous les Hautes Directives de SM le Roi Mohammed VI, en faveur du Continent, et plus particulièrement de l’Afrique de l’Ouest, puise ses racines dans l’histoire des peuples et sa sève dans un avenir prometteur, fermement orienté vers la réalisation d’une vision et d’une ambition communes.

Il s’agit d’une vision et une ambition, légitimes et partagées, pour une évolution politique, économique et sociale, afin de relever ensemble les multiples défis (emploi, santé, éducation, sécurité, etc..), a expliqué M. Kettani.

Il s’est également dit heureux, de l’accord de principe donné à l’adhésion du Maroc à ce groupement sous- régional, tel que décidé par les Chef d’Etat de la CEDEAO lors du Sommet de Monrovia (Libéria), notant que le prochain Sommet, prévu en décembre à Lomé (Togo), sera sans nul doute historique à plus d’un titre.

Sous l’impulsion de SM le Roi Mohammed VI, le Maroc n’a pas attendu d’être admis à la CEDEAO pour y être actif et compter parmi les plus grands investisseurs étrangers dans la région, avec les plus grandes entreprises du Royaume présentes dans la plupart des pays de la région notamment, dans des secteurs tels que les banques, les mines, les engrais, les télécoms, les BTP, et l’immobilier, a-t-il fait observer.

« Le Maroc compte également parmi les pays qui octroient le plus grand nombre de bourses aux étudiants de la région et déploie, depuis des années, des efforts importants pour former les hauts cadres civils et militaires de divers pays de la CEDEAO », a ajouté le diplomate, rappelant qu’avec l’Institut Mohammed VI des Imams morchidines et morchidates, le Royaume participe également à la formation des Imams de la région pour les guider vers la voie de l’Islam de rite Malikite, ouvert, tolérant et prônant les valeurs humanistes.

Les efforts sont également constants et importants pour la mise en place de structures sociales, notamment des centres de formation dans le domaine de la santé, (Equipement de CHU, dispensaires), ou encore la promotion d’activités génératrices de revenu (AGR) qui contribuent à lutter contre la précarité de populations non négligeables, a-t-il ajouté.

Avec l’arrivée du Maroc à la CEDEAO, en tant que membre à part entière, cette dynamique de coopération Sud-Sud est appelée à se consolider et à se développer dans plus de domaines, qu’ils soient politiques, économiques ou sociaux, a enchaîné M. Kettani, mettant en avant la communion parfaite de vues et d’objectifs avec les pays de la région.

Le Maroc n’attend aucune contrepartie de son adhésion à la CEDEAO, a par ailleurs souligné le diplomate marocain. « Nous avons consulté nos pays frères de la région et d’une seule voix nous avons été encouragés dans cette démarche positive et constructive, au vu des liens exceptionnels qui nous unissent », a-t-il dit.

A ses yeux, la vision portée par le Souverain est une vision stratégique et éminemment humaniste dans la mesure où, elle ne s’articule pas uniquement sur des liens économiques. C’est une approche de la coopération Sud-Sud globale, multidimensionnelle, multi-facettes, a-t-il précisé.

Et de poursuivre que le Maroc se veut un catalyseur et un partenaire majeur de plus dans cette région pour que, dans un horizon à moyen terme, tous les pays puissent aller de l’avant ensemble et arriver vers une émergence économique et sociale pour le plus grand bénéfice des peuples respectifs et de la jeunesse.

L’ambassadeur a, enfin, adressé ses vifs remerciements au président ivoirien, Alassane Ouattara, pour son soutien permanent et son accompagnement aussi positif que constructif dans cet effort de mise en œuvre d’un avenir commun.
10/06/2017