A la une

economie


Date de mise en ligne : 3 avril 2017

L’intégration du Maroc dans la CEDEAO, peut « indubitablement vivifier l’économie de la région »

L’intégration du Maroc dans la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), peut « indubitablement vivifier l’économie de la région », a affirmé l’économiste sénégalais Kadialy Gassama.

Plus que le retour dans l’Union africaine (UA), l’intégration du Royaume dans la CEDEAO « constitue une donne majeure pouvant indubitablement vivifier l’économie de la région », souligne M. Gassama dans une tribune publiée, vendredi, dans le journal à grand tirage +Le Soleil+.

Les grandes opportunités économiques qu’offre cette entrée résultent d' »un processus naturel d’intégration des Etats de la région à partir du moment où le Maroc fait partie de l’Afrique du Nord-Ouest et possède un capital de solidarités humaine, historique et culturelle avec les Etats autour du Sahara », écrit l’auteur de la tribune, notant que la longue absence du Maroc de l’UA pendant plus de trois décennies n’a cependant pas empêché le Royaume de tisser des « liens économiques forts » avec presque l’ensemble des Etats du continent.

La libre circulation des personnes et des biens dans l’espace CEDEAO élargie au Maroc, qui a une population de 35 millions d’habitants avec un Pib de 15 milliards de dollars, l’existence d’un tarif extérieur commun et d’un droit harmonisé des affaires, en plus des cours communes d’arbitrage et d’un parlement communautaire, sont autant d’atouts tangibles pour un développement économique et social optimal de la région, soutient-il.

Au sujet des inquiétudes manifestées par des opérateurs économiques de certains pays, dont le Sénégal, quant à la prise des parts de marché par des entreprises marocaines, M. Gassama a souligné que « cette frilosité relève plus d’un souci de protectionnisme à l’antipode d’une libre circulation des capitaux propice à une allocation optimale.
02/04/2017