A la une


Date de mise en ligne : 20 juillet 2016

Macky Sall : La motion demandant la suspension de la RASD de l’UA est « en rapport avec le droit international »

La motion des 28 pays membres de l’Union africaine (UA), demandant la suspension de la RASD de l’UA en attendant que l’ONU règle le problème devant le Conseil de sécurité, « est en rapport avec le droit international », a affirmé le président sénégalais, Macky Sall, cité mardi par la presse locale.

« Dès lors que la RASD n’a pas été reconnue par les Nations unies et d’autres organisations internationales, il aurait été plus juste d’attendre qu’un référendum d’autodétermination ait lieu, par exemple, pour ensuite se prononcer au niveau continental », a souligné le chef de l’Etat sénégalais qui a tenu ces propos à Kigali, où il prenait part aux travaux du 27e sommet de l’UA.

Au sujet du message du roi Mohammed VI annonçant le retour du Maroc au sein des instances africaines, le président sénégalais s’est dit « réjoui » de cette décision, affirmant que lui-même « fait partie des chefs d’État qui ont demandé au royaume de faire tout son possible pour rejoindre notre famille » africaine.

Suite au message historique adressé par le roi Mohammed VI au sommet de l’UA, 28 pays membres de cette organisation, dont le Sénégal, ont adressé, lundi, au président tchadien et président en exercice de l’Union africaine, Driss Déby Itno, une motion demandant la suspension, prochaine, de la fantomatique RASD des activités de l’UA, et de tous ses organes, afin de permettre à l’organisation panafricaine de jouer un rôle constructif et de contribuer positivement, aux efforts de l’ONU, pour un dénouement définitif du différend régional sur le Sahara.
19/07/2016