A la une


Date de mise en ligne : 20 novembre 2016

Les Marocains de Catalogne dénoncent les violations des droits de l’Homme dans les camps de Tindouf

De nombreux acteurs associatifs marocains et membres de la communauté marocaine installée en Catalogne (nord-est de l’Espagne) ont dénoncé, samedi, les graves violations des droits de l’Homme commises à l’encontre des populations sahraouies séquestrées dans les camps de Tindouf, sur le territoire algérien.

Lors d’un sit-in organisé dans la ville de Villanueva i la Geltru, près de Barcelone, les participants ont attiré l’attention sur les conditions inhumaines dans lesquelles vivent les personnes séquestrées dans ces camps et privées de leurs droits les plus élémentaires.

Rassemblés à l’initiative de l’Association culturelle des jeunes basée en Catalogne, les manifestants ont élevé des slogans exprimant leur attachement à leur pays d’origine, le Maroc, et leur soutien à une solution politique et juste au conflit artificiel autour du Sahara marocain, basée sur la proposition d’autonomie dans les provinces du Sud.

Les participants, qui ont réitéré leur attachement à l’intégrité territoriale du Royaume et à la marocanité du Sahara, ont également fait part de leur appui aux campagnes nationales et internationales visant la libération des détenus dans les prisons du polisario.

Par ailleurs, le collectif associatif et les ressortissants marocains participant à ce sit-in ont exprimé leur satisfaction quant à la neutralité et l’intégrité dont a fait preuve la justice espagnole, qui a décidé cette semaine la réouverture des poursuites pénales pour « génocide et crimes contre l’humanité » contre le chef des séparatistes du polisario, le dénommé Barhim Ghali.

20/11/2016