A la une


Date de mise en ligne : 11 décembre 2016

Medays-2016: le retour du Maroc à l’Union africaine sera « bénéfique » pour le continent

Des experts marocains et africains ont souligné, samedi à Tanger, que le retour du Maroc au sein de sa famille institutionnelle africaine va conférer une grande valeur-ajoutée au continent et aux peuples africains et consacrer le principe de l’unité qui constitue l’ossature de cette organisation.

Intervenant lors d’un panel sous le thème « Union africaine: 2017 sera-t-elle l’année du retour du Maroc? », organisé dans le cadre du 9ème Forum international Medays-2016, ces experts ont affirmé que le retour du Maroc à l’Union africaine (UA) est dicté par la réalité, la logique, la légitimité, les valeurs de cohésion et les exigences de l’unité et de la stabilité.

Ils ont également rappelé que le Royaume est un membre-fondateur de l’Organisation de l’unité africaine (actuelle UA) et son retour au sein de cette organisation continentale traduit une longue histoire de défense des causes africaines et devrait favoriser l’émergence économique du continent.

« On ne peut prétendre à une Union africaine sans la présence du Maroc qui n’a jamais cessé de poser les jalons de l’unité africaine et a joué des rôles décisifs pour l’indépendance de plusieurs pays du continent et la promotion de la stabilité et la sécurité dans le continent », a assuré l’ancien Premier ministre du Mali, Moussa Mara, notant que malgré que le Royaume ait quitté en 1984 l’Instance panafricaine, il a continué à tendre sa main à de nombreux pays africains et à mettre à leur disposition ses expériences dans les domaines économique, social, culturel et sécuritaire.

Pour sa part, le président de l’Institut Amadeus, organisateur de cet événement, Brahim Fassi Fihri, a souligné que le retour du Maroc au sein de l’UA est tout-à-fait naturel, en raison de son rôle d’acteur politique et économique de premier plan sur la scène continentale et mondiale, son modèle de coopération Sud-Sud et ses efforts constants pour la promotion de la paix et la stabilité à l’échelle du continent.

Malgré que le Maroc ait quitté l’OUA, il est resté très attaché à son africanité et fortement engagé en faveur des questions africaines qui les a placées au centre de ses priorités stratégiques à travers les multiples visites de SM le Roi Mohammed VI en Afrique et les relations de coopération étroites liant le Royaume à nombreux pays africains.

De son côté, le président du Centre marocain des études stratégiques, Mohamed Benhammou, a assuré que le retour du Maroc au sein de l’UA est dicté par sa crédibilité sur la scène régionale et internationale, estimant que les obstacles qui entravent cette réintégration ne pourront que ralentir le processus de l’unité et de la prospérité en Afrique.

Dans ce sens, M. Benhammou a appelé certains pays africains inquiets de ce retour à se référer à la logique et à accorder la primauté aux intérêts de l’Afrique, loin de calculs étroits, notant que ces pays sont les premiers pénalisés par l’absence du Maroc dans cette institution panafricaine, étant donné que le Royaume est un acteur principal dans le développement du continent.

Quant à Mehdi Bensaïd, président de la Commission des affaires étrangères à la Chambre des représentants, il a affirmé que le retour du Maroc à l’UA reflète le succès de la diplomatie officielle et parallèle adoptée par le Royaume malgré les obstacles dressés par les ennemis de son intégrité territoriale.

Le retour du Maroc à l’UA apportera une grande valeur-ajoutée à même de contribuer à relever les défis actuels et futurs liés, en particulier à la pauvreté, l’immigration, l’environnement et la sécurité.

Le président de l’Institut marocain des relations internationales (IMRI), Jawad Kerdoudi, a, de son côté, souligné que les obstacles dressés par certains pays pour contrecarrer le retour du Maroc au sein de sa famille institutionnelle s’expliquent par les positions constantes du Royaume visant à préserver une instance africaine unie et forte.

Ces pratiques ne sauront, en aucun cas, amenuiser l’engagement du Maroc à retrouver sa place naturelle dans le but de promouvoir le développement de l’Afrique et consolider son positionnement sur l’échiquier international, a-t-il affirmé.

Organisée par l’Institut Amadeus sous le Haut patronage de SM le Roi Mohammed VI, cette édition constitue un véritable espace de débats et de réflexion autour du thème « De la fragmentation à la durabilité: révolutionner les paradigmes » qui place le développement durable et l’émergence économique des pays du Sud et de l’Afrique au centre de cet événement international.
10/12/2016