A la une


Date de mise en ligne : 3 décembre 2016

Mensuel panafricain : Le retour du Maroc à l’UA et les tournées africaines de SM le Roi, traduisent la volonté du Royaume d’affirmer son « ancrage dans le continent »

Le retour du Maroc au sein de l’Union africaine et les tournées africaines de SM le Roi Mohammed VI, « sont intimement liées ». Elles traduisent « la volonté manifeste du Royaume d’affirmer sa puissance et son ancrage dans le continent, mais aussi de défendre vigoureusement ses intérêts », souligne le mensuel panafricain +Afrique démocratie+ dans son édition de décembre.

Dans un article signé Mamou Fall, la publication qui se réfère au Discours Royal commémorant la Marche verte, note que la décision du Maroc de réintégrer la famille institutionnelle africaine est « le couronnement » de la politique africaine du Royaume et de « l’action solidaire que le Maroc mène sur le terrain avec de nombreux pays du continent pour y assurer la promotion du développement économique et humain, au service du citoyen africain ».

C’est dans ce cadre que le Maroc compte s’ouvrir sur toute l’Afrique, écrit l’auteur de l’article, citant le discours royal ou le Souverain affirmait que « la politique africaine du Maroc ne se limitera pas à l’Afrique occidentale et centrale. Nous veillerons plutôt à ce qu’elle ait une portée continentale, et qu’elle englobe toutes les régions de l’Afrique ».

Faisant état des déplacements du Souverain dans plusieurs pays de l’Afrique de l’est, le mensuel édité au Sénégal relève que ces visites sont « le début d’une véritable offensive diplomatique » pour SM le Roi Mohammed VI « qui entend ainsi conforter ses positions et asseoir son leadership continental », notant que « le Maroc peut beaucoup apporter aux pays africains, dans tous les domaines, y compris dans la lutte contre le terrorisme et le règlement des conflits ».

Dans une vision globale, le Maroc compte, ainsi, « redéfinir sa politique africaine pour une diplomatie forte, active, qui prenne en compte les aspirations les plus légitimes du peuple marocain et des peuples africains », conclut l’auteur de l’article.
03/12/2016