A la une


Date de mise en ligne : 12 août 2016

Le modèle de développement des provinces du sud vise à les rendre plus compétitives aux niveaux régional, africain et mondial

Le modèle de développement des provinces du sud, lancé en novembre 2015 par Sa Majesté le Roi Mohammed VI, vise à les rendre plus compétitives aux niveaux régional, africain et mondial, a affirmé, mercredi à Montréal, le président de l’Association saharienne pour le développement durable et la promotion de l’investissement (ASDI) Région Dakhla-Oued Eddahab, M. Sidi Ahmed Hormatallah.

Dans une déclaration à la MAP en marge de la conférence qu’il a animée sur la « situation socio-économique au Sahara : Enjeux et perspectives » dans le cadre du 12ème Forum Social Mondial, M. Hormatallah a souligné que les provinces du sud sont au coeur de ce nouveau modèle de développement, dont le lancement à Laâyoune a coïncidé avec la célébration du 40ème anniversaire de la Marche Verte.

Dans ce cadre, il a précisé avoir mis en relief lors de cette rencontre les investissements colossaux (77 milliards de dirhams) qui ont été alloués aux différents programmes et projets qui verront le jour dans les divers secteurs dans cette région si chère du pays, soutenant que ce modèle de développement s’inscrit dans le cadre de la Vision Royale visant à ériger ces provinces en un véritable modèle de développement intégré, et en un centre économique qui jouera le rôle de trait d’union entre le Maroc et son prolongement africain dans le cadre de la coopération Sud-Sud.

M. Hormatallah a aussi mis en exergue les efforts déployés en vue de consolider le climat économique et des affaires dans la région du Sahara, citant à titre d’exemple le renforcement des infrastructures routières et portuaires, ainsi que le développement du secteur des énergies propres, notamment solaire et éolienne.

Il a, en outre, expliqué avoir mis en avant, lors de son intervention, la situation qui prévalait dans la région du Sahara avant la récupération par le Maroc de ses provinces du sud en 1975, relevant que les données sur la situation sociale et économique durant cette période démontrent le peu d’efforts déployés par le colonisateur espagnol pour développer la région.

Suite à cet état des lieux sur le plan socio-économique avant 1975, le président de l’ASDI a précisé avoir expliqué à l’assistance, chiffres et images à l’appui, le véritable essor économique que connaissent actuellement les provinces du sud sur tous les plans.

A ce propos, M. Hormatallah a cité à titre d’exemple les stratégies relatives aux secteurs du tourisme, de la pêche, de l’artisanat, du commerce et des services, ajoutant que ces stratégies, dotées de grands investissements fournis par les pouvoirs publics, insistent, entre autres, sur la forte implication de la population locale dans la réalisation de ces projets.

Il a aussi mis en avant la dynamique enclenchée dans les régions du sud par l’Initiative nationale pour le développement humain (INDH), qui a permis la réalisation de plus de 500 projets avec une enveloppe budgétaire de 28 millions de dollars, investie entre 2005 et 2013.

Il a, par ailleurs, signalé que cette conférence a été marquée par la projection de plusieurs vidéos qui reflètent le développement tous azimuts que connaissent notamment les régions de Dakhla-Oued Eddahab et Laâyoune-Sakia Hamra aux niveaux économique et social, et qui relatent aussi les témoignages de plusieurs personnalités étrangères issues de divers horizons ayant pris part au Forum Crans Montana tenu récemment à Dakhla, dans lesquels ils étaient unanimes à saluer les pas de géant et le progrès réalisés dans cette ville ainsi que dans les autres provinces du sud.
Propos recueillis par :Hassan EL AMRI
12/08/2016