A la une


Date de mise en ligne : 7 novembre 2016

Le périple atypique de cinq Marocains d’Oslo à l’appel de la Marche verte

Le 41ème anniversaire de la Marche verte rappelle pour bien de patriotes la nostalgie d’un périple épique, en réponse à l’appel de la Marche verte.

Pourtant, l’histoire de ces cinq Marocains établis à Oslo sort décidément de l’ordinaire à partir du jour où ils prirent en octobre 1975 la décision de se joindre à ceux, nombreux, qui se sont mobilisés pour la plus grande marche de l’histoire du Royaume.

En apprenant l’appel solennel de Feu SM le Roi Hassan II via la radio, ils se lancent le pari combien audacieux de faire le voyage entre la zone polaire et le Sud marocain, porte historique du Grand désert.

Les cinq amis se remémorent encore de ce jour où, armés de l’amour de leur patrie et d’une foi de fer, ils ont fait leurs bagages et pris la route afin de contribuer à l’écriture d’une page glorieuse dans la lutte contre l’occupant.

Hassan Chiiri, âgé alors de 26 ans, raconte que ce voyage a été motivé par la conviction profonde de la justesse de la question nationale et le devoir de libérer les provinces du Sud du joug du colonialisme espagnol.

« Notre grand sens du patriotisme nous a conduit à demander des congés exceptionnels pour rejoindre la patrie et participer à ce grand évènement historique », a-t-il dit.

Outre Hassan Chiiri et sa femme, Omar Jaroudi (décédé il y a trois ans), Yakhlaf et Maimoun Bahri sont les trois autres Marocains de Norvège qui avaient décidé à l’époque de prendre l’avion pour faire le déplacement au Maroc.

Ils avaient rencontré cinq autres Marocains résidant en Suède dans la capitale danoise Copenhague et commencé un voyage scandinave au Sud du Maroc pour rejoindre leurs compatriotes qui s’apprêtaient à changer à jamais le cours de l’histoire.

Force est de constater que ces patriotes avaient choisi l’épouse de Chiiri pour devenir l’icône de ce périple, aux côtés d’autres femmes venues de plusieurs pays européens.

L’idée d’organiser le voyage a été initiée par l’Association des travailleurs marocains en Norvège qui avait mobilisé ses moyens à cette fin, a déclaré à la MAP Abdessalem Tamsamani, alors président de cette ONG, premier cadre associatif des Marocains d’Europe du Nord.

L’esprit du patriotisme a poussé cette association, fondée en 1974, à déployer d’énormes efforts pour faciliter la mission des cinq Marocains à destination du Sahara marocain en assurant la tâche de la sensibilisation de la portée historique et nationaliste de la Marche verte et la coordination administrative, a-t-il expliqué.

Selon M. Tamsamani, la majorité des membres de l’ONG (200 à l’époque) avait fait part de leur volonté de prendre part à ce voyage, mais le quota réservé au royaume nordique a été fixé à cinq personnes seulement.

Sur la même lignée, Mohamed Azouagh, l’un des membres de l’association, a affirmé que les Marocains résidant en Norvège avaient suivi à l’époque, avec passion et enthousiasme, l’actualité sur la Marche Verte.

Il a relève dans ce contexte que les médias internationaux, notamment des journaux arabes parus en Occident, ont été les principales sources d’information pour suivre les développements de cet évènement historique inédit.

Le succès de la Marche verte a été accueilli dans la liesse par les membres de la communauté marocaine vivant dans le pays scandinave, ont raconté à la MAP certains militants de l’ONG.

Cette dernière avait tenu une rencontre au cinéma Victoria, l’une des salles les plus prestigieuses de la capitale Oslo, pour projeter un documentaire en noir et blanc mettant la lumière sur l’un des plus forts moments de communion et de fierté nationale.
———————–
Par Jamaleddine Benlarbi
06/11/2016