A la une


Date de mise en ligne : 23 août 2016

La politique africaine du Maroc : Une vision intégrée pour un Continent prospère

Dans sa politique envers le continent africain, le Maroc adopte une vision intégrée qui consacre sa quête permanente d’une Afrique prospère, en pleine croissance, riche de son histoire et soucieuse d’un avenir radieux pour ses peuples.

Le discours adressé à la Nation samedi par SM le Roi Mohammed VI à l’occasion du 63è anniversaire de la Révolution du Roi et du Peuple, constitue ainsi une nouvelle étape dans la consécration de cette vision, devenue aujourd’hui source d’inspiration pour la nature de ce que doit être la coopération inter-États en Afrique.

De la politique à l’économie, en passant par la culture et la diplomatie, l’approche marocaine dans son interaction avec les questions africaines et le destin commun des pays du continent, au service de leurs peuples, émerge en tant que modèle à l’échelle internationale, fondé sur l’intérêt mutuel et l’anéantissement des causes de l’instabilité et de l’insécurité dans une région encore menacée par le diptyque pauvreté-extrémisme.

L’annonce récemment par le Maroc de son retour au sein de sa famille institutionnelle, l’Union africaine, n’est que l’un de ces nombreux signes de la forte volonté qui anime le Royaume pour soutenir l’unité et la complémentarité entre les États africains et le rejet des graines de la division, mais aussi de son souci pour la coordination de leurs positions afin de défendre d’une seule voix leurs intérêts sur la scène internationale, à même de rendre justice à ce continent qui souffre toujours du lourd héritage de la colonisation.

En effet, cette annonce, ainsi que le soutien à grande échelle dont elle a bénéficié, est le témoignage impressionnant de l’attachement du Maroc à ses racines africaines, un attachement qui ne s’est guère révélé avec les positions fermes du Royaume dans la défense des intérêts du continent sur la scène internationale, et dont les initiatives et multiples projets lancés par le Souverain personnellement à chacune de ses visites dans nombre de pays du continent, n’en seront certainement pas les derniers.

Du logement à la santé, des infrastructures au tourisme, ou encore la formation professionnelle et les groupes d’impulsion économique mis en place par le Maroc avec certains pays du continent, le Royaume continue de fournir les preuves de son implication au service du continent et son développement, tout en plaçant l’élément humain au coeur de cette politique, l’objectif étant que les différents projets et initiatives puissent toucher de près les citoyens africains et contribuer à l’amélioration de leur niveau de vie.

Cette vision a permis au Maroc de se positionner en tant que troisième investisseur étranger sur le continent, selon la Banque africaine de développement qui a confirmé récemment que « le Maroc s’est imposé en tant qu’investisseur de poids sur le plan continental, au sud du Sahara ».

Outre les volets économique et politique, l’approche marocaine dans la structuration du champ religieux, le renforcement et la consolidation des liens spirituels avec les pays du continent et la promotion des valeurs de l’Islam tolérant, a également émergé comme l’un des nombreux points lumineux salués par la communauté et les organisations internationale, au-delà même de l’Afrique.

Ainsi, en plus des liens religieux et spirituels séculaires reliant le Maroc aux pays africains, de l’Ouest en particulier, outre la contribution du Royaume à la formation d’un grand nombre d’imams et morchidines du continent, l’installation par SM le Roi, en juin dernier, du Conseil supérieur de la Fondation Mohammed VI des Oulémas africains, a été la consécration de ces initiatives visant à promouvoir l’image d’un Islam modéré, loin des pratiques de la violence et des messages de la haine prônés par les extrémistes.

De l’avis du directeur général du Centre d’études diplomatiques et stratégiques (CEDS) de Dakar, Babacar Diallo, l’installation par SM le Roi, Amir Al Mouminine, des membres du Conseil supérieur de la Fondation Mohammed VI des Ouléma africains, qui représentent plus de 30 pays, “constitue incontestablement l’initiative politique la plus marquante et la plus importante de ce 21è siècle”.

Il convient de rappeler, à cet égard, que le Maroc ne cesse de consacrer et d’incarner cette dimension de solidarité envers les pays du continent, comme c’était le cas lors de la crise du virus Ebola, ou à travers la mise en place d’hôpitaux militaire de campagne, l’intégration d’immigrés en provenance d’Afrique subsaharienne ou encore la mise de l’expérience du Royaume et de son expertise au service du développement du continent dans divers domaines.

A noter aussi les efforts déployés par le Royaume dans le cadre des forces de maintien de la paix des Nations Unies, déployés dans certains pays africains.

Il s’agit ainsi d’une vision multidimensionnelle intégrée à travers laquelle le Maroc joue pleinement son rôle dans le dessin de l’émergence d’une Afrique en croissance constante et qui compte pour son développement et son émancipation sur ses propres ressources naturelles et humaines.

Et comme l’a si bien souligné SM le Roi dans son discours de samedi à l’occasion du 63è anniversaire de la Révolution du Roi et du Peuple : ‘’Nous avons la conviction que l’intérêt du Maroc, c’est aussi l’intérêt de l’Afrique, et que son devenir ne peut se concevoir sans elle. Nous pensons que le progrès et la stabilité sont partagés ou ne sont pas’’.
Par Abdellatif Abilkassem
23/08/2016