A la une


Date de mise en ligne : 4 décembre 2016

Politologue : Les multiples tournées royales en Afrique révèlent un trait de caractère et un choix stratégique

Les multiples tournées qu’effectue SM le Roi Mohammed VI en Afrique révèlent à la fois un trait de caractère et un choix stratégique, souligne le politologue Mustapha Tossa.

Dans un article publié sur le site d’information français « Atlasinfo » sous le titre « Mohammed VI, une passion d’Afrique », M. Tossa relève que ce trait de caractère est synonyme d’une vraie passion marocaine pour l’Afrique, faisant observer que « pour cela, il n’y a qu’à voir les conditions d’euphorie populaire, de spontanéité sincère et de liesse dans lesquels ces visites se déroulent ces retrouvailles ». « Choix stratégique car il s’agit pour le Royaume du Maroc d’impliquer durablement ces pays africains à son destin et d’arrimer leurs économies à son propre essor à travers le lancement de projets gigantesques et structurants », poursuit-il, notant que le projet de gazoduc avec le Nigeria est de ceux qui frappent les esprits.

Un des grands ressorts qui expliquent le succès de ces tournées royales réside dans ce sentiment africain profondément ancré que le Maroc se répand en Afrique de l’Est comme celle de l’Ouest comme un vrai partenaire politique et économique, indique l’auteur de l’article, expliquant que ce riche déploiement diplomatique marocain sur le continent africain s’accompagne avec une volonté marocaine de reprendre son siège au sein de l’Union africaine et qui implique une action active à l’encontre des pays africains qui ont été abusés en accordant leur reconnaissance au mouvement séparatiste du polisario.

« Démarche qui enthousiasme autant ses amis, conscients que l’apport marocain à la famille africaine sur le plan économique, politique et religieux est inestimable, qu’elle dérange ses détracteurs, subitement pris de panique par le retour du Maroc », croit savoir le politologue, faisant observer que l’Algérie qui voit dans la stratégie marocaine une dangereuse remise en cause de ses mythes, comme celui de chercher à affaiblir son voisin pour pourvoir assouvir ses fantasmes de leadership.

Pour contrer les Marocains, la diplomatique algérienne utilise ses dernières cartouches comme semble le montrer « les manœuvres d’obstruction » de la patronne de l’Union Africaine, a-t-il relevé, notant que le but affiché est d’empêcher l’intégration du Maroc sein de l’UA.

Pour contrecarrer l’influence néfaste de ses détracteurs qui n’ont pour seuls moteurs que la haine et la jalousie, le Maroc a plusieurs cordes dans son arc, affirme-t-il, soulignant qu’il s’agit de cartes gagnantes destinées à lui procurer les succès espérés.

« En plus de l’influence religieuse qu’incarne SM le Roi Mohammed VI, en tant que Commandeur des croyants, qui vise à pacifier les esprits tourmentés et à lutter contre toutes formes de radicalité, le Maroc dispose de l’atout économique pour donner à cette passion africaine du Maroc des assises rationnelles censées l’inscrire dans la durée », indique le politologue.

Les multiples accords économiques et les différentes conventions de coopération que le Maroc signe avec ces pays africains sont autant de liens pour donner à la présence marocaine en terre africaine une dimension d’irréversibilité, conclut-il.
03/12/2016