A la une


Date de mise en ligne : 7 mars 2017

Presse ivoirienne: Le projet de sauvegarde et de valorisation de la Baie de Cocody, un « symbole phare » du partenariat ivoiro-marocain

Le projet de sauvegarde et de valorisation de la Baie de Cocody, dont l’état d’avancement a été présenté, lundi à Abidjan, devant SM le Roi Mohammed VI et le Président ivoirien Alassane Ouattara, est un « symbole phare » du partenariat exemplaire ivoiro-marocain, écrit la presse ivoirienne dans sa livraison de ce mardi.

Ce projet d’envergure se veut aussi l’illustration du modèle de coopération sud-sud réussie que les deux pays ont su développer au fil des années selon une logique gagnant-gagnant, grâce à la vision commune et éclairée des deux chefs d’Etats, soulignent les journaux de la place.

« Sauvegarde de la Baie de Cocody : Le projet présenté hier à Ouattara et à SM le Roi Mohammed VI », titre +Nord Sud Quotidien+, qui renseigne que ce projet « ambitionne de résoudre de manière durable les problèmes d’inondations et de circulation au niveau du carrefour de l’Indénié. Il inclut également la dépollution du plan d’eau lagunaire et l’aménagement du paysage des berges de la Baie de Cocody ».

La publication zoome aussi sur l’accueil chaleureux auquel les deux Chefs d’Etats ont eu droit à leur arrivée sur le site du chantier de la Baie de Cocody.

« Un pont, un parc, un hôtel… La Baie de Cocody livrée en 2020 : Ouattara et SM le Roi Mohammed VI satisfaits de l’évolution des travaux », affiche en gros caractères à sa Une, la publication à grand tirage +Fraternité Matin+.

Le quotidien fait état de la signature, devant le président Ouattara et SM le Roi Mohammed VI, d’un mémorandum d’entente qui consacre l’accord de principe du gouvernement ivoirien et de la Société d’Etat Marchica Med pour l’élaboration d’une stratégie commune pour le développement du programme de valorisation et d’exploitation de la Baie de Cocody.

A ce propos, le journal relaye les propos de M. Saïd Zarrou, président du directoire de la Société d’Etat Marchica Med annonçant le lancement de la seconde étape du projet. « Cette nouvelle phase du projet qui a pour objectif l’amélioration du cadre de vie des citoyens a aussi pour ambition de consolider Abidjan, perle des lagunes, en tant que destination touristique de référence », a-t-il dit.

Le ministre ivoirien des infrastructures économiques, Amédé Koffi Kouakou a donné, quant à lui, un aperçu détaillé sur les travaux qui restent à réaliser dans le cadre de ce projet, dont le coût global s’élève à 450 millions de dollars.

« Une marina moderne et une baie d’une beauté semblable à celle des grandes métropoles. Voici l’image que la coopération ivoiro-marocaine entend donner au District d’Abidjan », écrit de son côté, le journal +L’Expression+ dans un article intitulé « Valorisation et sauvegarde de la Baie de Cocody : Les premiers travaux livrés le 7 août ».

La publication focalise aussi sur l’impact socio- économique et écologique de ce projet de la Côte d’Ivoire émergente à l’horizon 2020, avec un focus détaillé sur la cérémonie de présentation de l’état d’avancement de ce projet, devant le président Ouattara et SM le Roi Mohammed VI.

+L’Intelligent d’Abidjan+ s’est intéressé, de son côté, à l’état d’avancement du projet, notamment la signature d’un mémorandum d’entente entre le gouvernement ivoirien et la société d’Etat marocain, Marchica Med.

« Un autre pas dans les relations entre Rabat et Abidjan. Après la signature de 14 accords de coopération le 27 février dernier, le Royaume Chérifien et la République de Côte d’Ivoire viennent de parapher un mémorandum d’entente relatif à la phase de valorisation et d’exploitation de la Baie de Cocody », écrit +Le Patriote+, qui relaye également les propos de M. Zarrou affirmant que « le projet de la Baie de Cocody est la preuve que l’Afrique fait confiance à l’Afrique ».

Le journal publie, à ce sujet, une interview avec le ministre ivoirien des infrastructures économiques, Amédé Koffi Kouakou qui note avec satisfaction, que la Baie de Cocody sera « viable » après sa valorisation, tout en passant en revue une série de problèmes d’ordre écologique que connait ce site.
06/03/2017