A la une

economie


Date de mise en ligne : 13 juillet 2017

Région de Laâyoune-Sakia-El Hamra: une nouvelle impulsion à la dynamique de développement locale

Porté depuis plusieurs années par une constante dynamique de croissance et de renouveau, le processus de développement dans la région de Laâyoune-Sakia-El Hamra a pris davantage d’ampleur à la faveur du nouvel élan insufflé par le modèle de développement des provinces du sud dont le coup d’envoi a été donné par SM le Roi Mohammed VI en 2015 à l’occasion du 40è anniversaire de la Marche verte.

Illustration parfaite de la haute sollicitude dont le Souverain entoure les habitants des provinces du Sud qui ne cessent d’exprimer, tout au long de l’histoire, leur attachement au Glorieux Trône alaouite, ce modèle se décline à travers plusieurs plans et programmes de développement destinés à valoriser les potentialités humaines et naturelles et à renforcer la dynamique locale, en concrétisation des hautes instructions royales afin de consolider la cohésion sociale, de raffermir l’unité nationale et d’assurer un développement intégré dans cette partie du Royaume.

Résolument engagée dans une démarche de développement durable, cette partie du Royaume, qui a focalisé depuis son retour à la mère-patrie des efforts d’aménagement et de développement tous azimuts, mise désormais sur la nouvelle synergie créée autour de ce nouveau modèle pour capitaliser sur les acquis enregistrés dans tous les domaines et consolider l’essor socio-économique pour le bien-être et la prospérité de la population locale.

Il va sans dire que la marche grandiose du progrès engagée dans la région de Laâyoune-Sakia El Hamra et dans l’ensemble des provinces du Sud durant toutes les années qui ont suivi la glorieuse Marche verte, ont complètement transformé la région en un espace dynamique de croissance économique, de progrès social et d’essor culturel dans le cadre d’une approche visant à répondre aux aspirations des habitants, tout en veillant à assure toutes les conditions de développement, de stabilité et de dignité dans cette partie du Royaume.

A la faveur du nouveau modèle des provinces du Sud, cette dynamique de développement est appelée à être confortée au cours des prochaines années. Dans ce sens, la région a été dotée d’un contrat-programme de développement régional (2016-2021), avec une enveloppe estimée à 41,6 milliards de DH, pour la réalisation d’une multitude de projets dans différents secteurs.

Si certains projets sont en phase d’étude, plusieurs autres sont bel et bien en cours de réalisation en l’occurrence la voie express, dont le premier tronçon relie Laâyoune et Tarfaya, ainsi que le complexe industriel intégré de production d’engrais qui est de nature à valoriser les ressources en phosphate et contribuer au renforcement de la compétitivité des provinces du sud du Royaume.

Il s’agit également du projet de la Technopôle Foum El Oued, de deux unités d’énergie solaire à Laâyoune et Boujdour, outre un certain nombre de projets sociaux et culturels.

Le secteur agricole dans la région de Laâyoune-Sakia-El Hamra sera renforcé par la réalisation de deux projets structurants, portant sur la mise en valeur agricole de 1.000 hectares à Boujdour (465 millions DH) et le développement du programme de l’agriculture solidaire dans la région de Laâyoune-Sakia El Hamra (1,1 MMDH).

Dans le secteur de la santé, 12 projets seront réalisés dans la région, dont un Centre hospitalier universitaire (1,2 MMDH) qui offrira des prestations de troisième génération.

D’autres projets d’envergure ayant trait, entre autres, aux secteurs de l’eau, de l’éducation, de l’industrie, de l’artisanat et de la promotion de la culture hassanie sont également en cours de réalisation.

Alors que toutes les données confirment que les différents projets programmés sont sur la bonne voie conformément aux objectifs tracés, l’heure est désormais à la mobilisation pour accélérer la cadence de réalisation de ce modèle de développement.

Dans ce sens, des réunions devront se tenir de manière périodique tous les trois mois sous la présidence du ministre de l’intérieur pour veiller à une meilleure exécution dudit modèle de développement, outre la tenue d’une réunion trimestrielle au niveau de chacune des trois régions du sud concernées par ce modèle.

Véritable révolution en matière de gestion et de gouvernance, le nouveau modèle de développement des provinces du Sud permettra de poser les bases fondatrices d’une politique intégrée favorisant le renforcement du rayonnement du Sahara comme centre économique et comme trait d’union entre le Maroc et son prolongement africain.

Le modèle de développement des provinces du sud repose, pour rappel, sur trois piliers, à savoir les équipements de base, l’aménagement du territoire national (28 milliards de DH), les programmes économiques (46 MMDH) et les programmes sociaux, dont ceux culturels (4 MMDH).

13/07/2017