9 mars 2011


Date de mise en ligne : 3 novembre 2015

«La mise en place du Conseil national des Droits de l’Homme (CNDH) constitue une étape plus avancée que ce qui existait auparavant, compte tenu des prérogatives expliquées dans le Dahir le régissant».

«Ce dahir garantit l’indépendance des membres du Conseil, de son président et de son secrétaire général, qui ne seront jamais questionnés sur des faits, des gestes ou des paroles concernant l’exercice de leurs fonctions».

«Les nouvelles prérogatives du Conseil, c’est qu’il peut s’opposer de lui-même à toute atteinte aux droits de l’Homme».

Tous les dossiers sont ouverts car le Maroc a déjà connu un progrès dans le domaine des droits de l’homme, progrès qui était peut être relatif et limité au début des années 90».

Le Secrétaire général du CNDH, Mohamed Sebbar, a indiqué que parmi les prérogatives du nouvel organisme figure «le droit de visiter les prisons et de s’assurer que les détenus vivent dans des conditions exemplaires».