A la une


Date de mise en ligne : 6 octobre 2016

Le scrutin législatif du 7 octobre, l’occasion pour les populations des provinces du sud d’exercer leurs droits citoyens et façonner leur propre avenir

Le scrutin législatif, qui se déroulera le 7 octobre au Maroc, « constitue une opportunité supplémentaire pour les populations des provinces du sud d’exercer leurs droits citoyens, dans un cadre ouvert, transparent et égalitaire et partant façonner leur propre avenir », écrit mercredi Michael Rubin, conférencier au « Naval Postgraduate School’s Center for Civil-Military Relations » et membre distingué du think tank US, American Enterprise Institute (AEI).

« Quand les citoyens sahraouis se dirigeront vers les bureaux de vote, ils auront l’opportunité de façonner leur propre avenir dans un cadre égalitaire », souligne cet ancien responsable au Pentagone et fin connaisseur du monde arabe, dans une analyse publiée sur le site électronique de l’AEI.

Le Maroc, note Michael Rubin, « mérite ainsi d’être applaudi pour les réformes tous azimuts réalisées sur l’ensemble du territoire national et pour la mise en œuvre du plan de décentralisation qui accorde dans les faits davantage de pouvoirs au niveau local et octroie aux provinces du sud une autonomie effective ».

Et d’insister ainsi qu’ »il ne peut y avoir strictement aucune équivalence politique, morale ou encore diplomatique entre le Royaume et les séparatistes du polisario à la solde de leur maître algérien ».

M. Rubin affirme, dans ce cadre, que « si l’occident et les occidentaux s’intéressent véritablement aux droits de l’Homme, à la démocratie et à la représentativité citoyenne, ils doivent demander à l’Algérie d’embrasser la même approche du Maroc en matière de régionalisation et d’élections ouvertes et transparentes, ce qui, a-t-il dit, permettra aux populations séquestrées à Tindouf de se déplacer librement et de rejoindre les leurs dans les provinces du sud ».
06/10/2016