A la une


Date de mise en ligne : 14 avril 2016

La Secrétaire d’Etat adjointe américaine pour le Proche-Orient qualifie de « très, très malheureuse » la sortie de Ban Ki-moon

La Secrétaire d’Etat adjointe américaine pour le Proche-Orient, Anne Patterson, a qualifié, mercredi à Washington, de « très, très malheureuse » la sortie du secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, lors de sa dernière visite dans la région, en soulignant que « le Maroc est l’un de nos alliés les plus forts, et un partenaire de choix en matière de lutte anti-terroriste ».

L’Administration américaine « a essayé de faire tout ce qui est possible pour restaurer les relations entre l’ONU et le Maroc », a indiqué Mme Patterson, qui s’exprimait devant la sous-commission des Affaires étrangères pour la région MENA de la Chambre des représentants US, réunie pour « l’évaluation du projet de budget US 2017 destiné à la région du Moyen-Orient et d’Afrique du nord ».

Rappelant l’entretien téléphonique entre Sa Majesté le Roi Mohammed VI et le Chef de la diplomatie US, John Kerry, Mme Patterson a souligné que « le Maroc est l’un de nos alliés les plus forts, et un partenaire de choix en matière de lutte anti-terroriste ».

« Le Maroc a réalisé des avancées significatives dans les domaines de la gouvernance et des droits de l’Homme », a poursuivi la haute responsable américaine, en insistant que « nous apprécions hautement notre relation avec le Royaume ».

S’agissant du projet de la résolution du Conseil de sécurité sur le Sahara, Mme Patterson a indiqué que le texte en question n’a pas encore été rédigé, ajoutant que « les points de vue de la commission seront pris en considération ».

Mme Patterson avait été interpellée au sujet des dérapages du secrétaire général de l’ONU par Ilena Ros-Lehtinen, Présidente de la sous-commission des Affaires étrangères pour la région, qui a stigmatisé l’utilisation par M. Ban du terme « occupation » pour qualifier le recouvrement par le Maroc de ses provinces du sud, en qualifiant la sortie du SG de l’ONU de « violation incroyable de la neutralité des Nations Unies ».

Mme Ros-Lehtinen a insisté sur le fait que la résolution du Conseil de sécurité sur le Sahara soit « débarrassée de tout langage clivant ou de nature à causer la discorde ».
13/04/2016