Le Conseil provincial de Smara mobilise 10 MDH pour faire face au Covid-19

 Le conseil provincial de Smara a mis en place un plan d’actions d’un montant de 10 millions de dirhams visant à contribuer aux efforts de lutte contre les répercussions de la propagation du coronavirus (Covid-19).

Lors d’une réunion du bureau du Conseil et de son comité de vigilance et de suivi, il a été convenu d’allouer ce montant à trois domaines prioritaires pour répondre aux besoins nécessaires et urgents de la population de cette province.

La santé est le premier secteur qui bénéficiera de cet appui financier important afin d’améliorer les capacités des centres de santé à Samara en matière de lutte contre cette pandémie, a indiqué le président du conseil, Sidi Mohamed Salem Labihi.

Le conseil prévoit aussi de renforcer son intervention dans le domaine social, notamment à travers la distribution des denrées alimentaires au profit des couches sociales les plus vulnérables, a-t-il souligné, notant que le troisième axe concerne l’achat de produits d’hygiène et de matériel de stérilisation.

Le Conseil avait déjà mis à la disposition de l’hôpital provincial un bus pour le transport du personnel médical, en plus de sa contribution à la location d’une suite d’un établissement hôtelier local au profit des médecins.

Ces initiatives qui ont été lancées en coordination avec les autorités locales, visent à réduire les effets socio-économiques négatifs de la propagation du Covid-19 sur la population de Smara, a rappelé M. Labihi, qui a appelé les habitants à rester chez eux et à adhérer pleinement aux mesures préventives et restrictives et aux règles de confinement, conformément aux exigences de l’état d’urgence sanitaire décrété sur l’ensemble du territoire national.
31/03/2020

Covid-19: La CCIS de Laâyoune-Sakia El Hamra fait don de 1 MDH au Fonds spécial

La Chambre de commerce, d’industrie et de services (CCIS) de Laâyoune-Sakia El Hamra a décidé de faire don d’un million de dirhams au profit du Fonds spécial pour la gestion de la pandémie du coronavirus (Covid-19), mis en place sur hautes instructions de SM le Roi Mohammed VI.

Cette initiative s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre des hautes instructions royales visant à assurer le financement des mesures préventives pour lutter contre la propagation du Covid-19, indique un communiqué de la CCIS.

La contribution, qui fait partie de la mobilisation nationale globale en vue de gérer les effets de cette pandémie, reflète également l’engagement de la Chambre en faveur de la consécration des principes de citoyenneté et des valeurs de solidarité, ajoute-t-on.

Plusieurs entreprises, institutions nationales et corps de métiers ont annoncé leur contribution au Fonds spécial de gestion de la lutte contre le coronavirus en vue de faire face aux conséquences économiques et sociales de la propagation de cette maladie.

26/03/2020

Dakhla: le wali de la région veille sur le bon déroulement de l’état d’urgence sanitaire

Le wali de la région de Dakhla-Oued Eddahab, gouverneur de la province d’Oued Eddahab, Lamine Benomar a effectué, mardi, une tournée dans plusieurs quartiers de la ville, afin de veiller au respect strict et à la mise en application de l’état d’urgence sanitaire

Le wali, qui était accompagné de plusieurs responsables et représentants de l’autorité local et de Sûreté nationale, s’est rendu aux différents quartiers de la perle du Sud, en vue de superviser la mise en œuvre des mesures décidées par les pouvoirs publics et veiller au respect de l’état d’urgence sanitaire, entré en vigueur en fin de semaine dernière sur l’ensemble du territoire du Royaume.

A cette occasion, le wali et la délégation l’accompagnant ont constaté l’adhésion de la population à l’application ferme des consignes de l’état d’urgence sanitaire et de leur respect des mesures de restriction de la circulation et de confinement, en vue d’enrayer la propagation du nouveau coronavirus (Covid-19).

Ainsi, les autorités publiques de Dakhla ont intensifié leurs efforts dans l’ensemble des quartiers de la ville, le but étant de veiller à l’application effective et optimale des mesures visant à encadrer et contrôler la circulation, conformément aux consignes et mesures exigées par le ministère de l’Intérieur.

Dans le cadre de l’état d’urgence sanitaire, le ministère de l’Intérieur a décidé d’interdire les moyens de transport privés et publics entre les villes, à partir de samedi 21 mars à minuit.

Cette interdiction ne concerne pas le transport de marchandises et de produits de base, qui s’effectue dans des conditions normales et fluides de manière à satisfaire les besoins quotidiens des citoyens. Elle ne concerne pas non plus les déplacements pour des raisons de santé et professionnelles prouvées par des documents délivrés par les administrations et les établissements.

26/03/2020

Enseignement à distance: Distribution d’outils pédagogiques aux enfants de nomades à Assa

La direction provinciale de l’Education nationale à Assa-Zag a pris plusieurs dispositions pour assurer la mise en œuvre des mesures décidées par les pouvoirs publics dans le cadre de la lutte contre le coronavirus, en particulier l’enseignement à distance.

Ainsi, la direction a distribué plusieurs outils pédagogiques aux élèves en milieu rural, notamment les enfants des nomades pour les encourager à suivre les cours à distance via les différents supports mis en place par le ministère, après la fermeture des écoles dans le cadre de la lutte contre le covid-19.

Ce soutien est d’autant plus précieux que la province d’Assa-Zag compte près de 780 élèves originaires des cinq communes rurales de la province, qui sont en majorité des enfants de nomades.

En plus des cours à distance assurés par 367 enseignants au moyen d’outils pédagogiques modernes, la direction provinciale de l’Education nationale a procédé, en collaboration avec le conseil communal d’Assa, à l’élaboration et l’impression de documents et outils pédagogiques au profit de tous les niveaux de l’enseignement primaire.

Ces cours et documents seront remis directement aux enfants des nomades et ceux vivant dans des régions qui ne sont pas desservies par Internet en vue de leur permettre de poursuivre leurs études.

Dans ce même cadre de soutien à l’opération d’enseignement à distance, le conseil provincial d’Assa-Zag avait remis plus de 1.000 tablettes aux élèves comme contribution à la mise en œuvre des mesures de précaution et de prévention prises pour réduire la propagation du coronavirus.
26/03/2020

Adoption du plan d’action 2020 de l’Agence urbaine de Guelmim-Oued Noun

 Le conseil d’administration de l’Agence urbaine de Guelmim-Oued Noun, réuni mercredi à Guelmim, a adopté son plan d’action au titre de l’année 2020, ainsi que son programme prévisionnel pour la période 2021-2022.

Présidée par Ahmed Tabai, chef de la Direction d’appui au développement territorial au ministre de l’Aménagement du territoire nationale, de l’urbanisme, de l’habitat et de la politique de la ville, cette réunion a été également marquée par l’approbation du procès-verbal de la précédente session, les rapports moral et financier, en plus de l’examen du bilan des activités de l’agence au titre de l’exercice 2019. S’exprimant à cette occasion, M. Tabai a souligné que la tenue de ce conseil d’administration intervient dans une conjoncture marquée par le lancement par SM le Roi Mohammed VI de plusieurs chantiers structurants, notant que l’urbanisme est considéré comme un secteur pivot dans la réalisation de ces projets, ce qui se reflète dans les rôles stratégiques accordés aux agences urbaines.

A cet égard, il a expliqué que ces nouveaux rôles dépendent d’une nouvelle approche basée notamment sur l’urbanisme durable, l’amélioration des documents d’urbanisme, le renforcement et le développement du système juridique, la planification intégrée et le traitement immédiat et proactif de tous les problèmes soulevés dans ce domaine.

Le responsable a, en outre, fait remarquer que l’Agence urbaine de Guelmim-Oued Noun est appelée à achever l’élaboration des documents d’urbanisme, à améliorer leur contenu, à accélérer leur réalisation et à formuler une conception d’un développement harmonieux et intégré qui prenne en compte la préservation du patrimoine culturel et naturel de la région.

Lors d’une session tenue l’an dernier, les membres du conseil d’administration avaient adopté un ensemble de recommandations portant sur l’accélération de la mise en oeuvre de l’organigramme de l’Agence, l’amendement de l’annexe n°1 du règlement de passation des marchés publics relatif à la liste des services susceptibles de faire l’objet de contrats ou de conventions en y ajoutant l’audit financier, l’assistance comptable, la publication et l’annonce, l’assistance architecturale, ainsi que les plans de restructuration.
27/02/2020

L’isolement international du polisario s’accroit après l’ouverture de consulats par plusieurs pays africains au Sahara marocain

Clôture du 3ème Forum Maroc-Etats insulaires du Pacifique par l’adoption de la « Déclaration de Laâyoune »

 

 Le 3ème Forum Maroc-Etats insulaires du Pacifique, qui s’est tenu du 26 au 28 février sous le signe de la consolidation des liens de coopération, de la mise en œuvre des engagements pris dans ce sens, de l’unification des voix et de la promotion de la prospérité partagée, a pris fin vendredi en début d’après-midi par l’adoption de la « Déclaration de Laâyoune ».

Cette déclaration établit une feuille de route de la coopération future entre le Maroc et les Etats insulaires du Pacifique et fixe un calendrier des réunions entre les membres de ce regroupement durant les prochaines années.

Le Maroc et les pays insulaires du Pacifique ont en effet retenu quatre axes pour renforcer leur partenariat, en l’occurrence les changements climatiques, la formation, la santé et la sécurité alimentaire.

La réunion de Laâyoune avait pour objectifs de faire le point sur l’état actuel et les perspectives d’avenir des relations entre le Royaume et les Etats insulaires du Pacifique et de mettre en avant les expériences réussies dans les domaines présentant un intérêt stratégique pour les pays de ce groupement.

 28/02/2020

L’Organisation marocaine pour le soutien de l’Autonomie du Sahara ouvre un bureau à Abidjan

L’ONG “Organisation marocaine pour le soutien de l’Autonomie du Sahara marocain” vient d’ouvrir une représentation dans la capitale économique ivoirienne Abidjan.

Une assemblée constitutive s’est ainsi tenue, vendredi, à l’effet de coopter et d’installer les membres du bureau ivoirien de cette Organisation qui se réclame comme “ONG indépendante s’activant pour la défense des causes nationales”.

Selon son statut, l’Organisation marocaine pour le soutien de l’Autonomie du Sahara s’assigne pour objectifs de défendre les causes nationales sur les plans national, régional et international et d’oeuvrer pour la prise de mesures juridiques aux niveaux national et international afin de condamner et contrecarrer les violations des droits de l’Homme commises par la fantomatique “rasd”.

Elle s’active également, à travers des campagnes de sensibilisation et d’information, seule et de concert avec d’autres organisations marocaines et étrangères, pour mettre en avant la justesse et la légitimité de la cause nationale.

En outre, l’ONG marocaine publie des rapports annuels détaillés sur les violations systématiques des droits de l’Homme perpétrées par le polisario à l’encontre des Sahraouis séquestrés dans les camps de la honte à Tindouf.

Le Bureau d’Abidjan de l’Organisation marocaine pour le soutien de l’Autonomie du Sahara se compose notamment d’un président (Yassine Belbaraka), un 1er vice-président (Marouane Benali), un secrétaire général et 4 conseillers.
26/01/2020

Fondation latino-américaine: Avec le retrait par la Bolivie de sa reconnaissance, la « Rasd » essuie un nouveau revers

 La pseudo « Rasd » vient d’essuyer un nouveau revers cuisant en Amérique Latine après la décision de la Bolivie de suspendre sa reconnaissance et de « rompre tous ses liens » avec l’entité factice, a indiqué la Fondation Global Africa Latina qui regroupe un collectif d’ONG latino-américaines.

« Un pas important a été franchi hier par le Salvador, et aujourd’hui par la Bolivie en faveur du soutien de la marocanité du Sahara(…). Cet élan confirme l’échec de la thèse séparatiste en Amérique latine », a relevé dans une déclaration à la MAP le président de la Fondation, Antonio Yelpi Aguilar.

Se félicitant de ce changement profond de politique étrangère du pays sud-américain en faveur de l’intégrité territoriale du Royaume, le président de la Fondation Global Africa Latina, qui regroupe des acteurs culturels, académiques et associatifs de plusieurs pays d’Amérique Latine considère que l’adoption par la Bolivie d’une telle position est de nature à enclencher une nouvelle phase dans le processus du renforcement des relations diplomatiques entre les deux pays.

Cette décision vient aussi consacrer la dynamique fructueuse qui distingue désormais les relations entre le Royaume du Maroc et tous les pays du Continent sud-américain, a-t-il ajouté.

Elle vient couronner les efforts soutenus de la diplomatie marocaine pour consolider les liens avec les pays de cette région dans le cadre de la coopération sud-sud, qui apportera des bénéfices des deux côtés de l’Atlantique, a en outre fait observer M. Yelpi Aguilar, qui est également président du Centre latino-américain des études pour la démocratie.

La Bolivie a affirmé lundi dans un communiqué qu’elle est « déterminée à construire une relation renouvelée avec le Royaume du Maroc, basée sur le respect mutuel de la souveraineté nationale et de l’intégrité territoriale et la non-ingérence dans les affaires internes des deux pays ».
21/01/2020

Déclaration de Dakhla: Les participants au Forum stratégique maroco-égyptien saluent la décision d’ouvrir de consulats dans les provinces du sud

 Les participants au premier Forum stratégique maroco-égyptien, tenu samedi à Dakhla, ont salué la décision des pays africains d’ouvrir de consulats dans les provinces du Sud du Royaume.

Selon le document constitutif baptisé « Déclaration de Dakhla », qui a couronné les travaux de ce forum organisé sous le signe « Maroc et Egypte: les rôles possibles en Afrique du Nord, au Sahel et Sahara », des acteurs associatifs, des universitaires et des journalistes marocains et égyptiens se sont félicités de l’ouverture de consulats de la Côte d’Ivoire, de l’Union des Comores et du Gabon à Laâyoune et de la Gambie et de la Guinée à Dakhla.

« Cette décision est un soutien explicite en faveur de l’intégrité territoriale, de la marocanité du Sahara et de la proposition d’autonomie présentée par le Maroc en vue d’une solution politique et réaliste au différend autour du Sahara marocain », ont relevé les participants à cet évènement.

La déclaration explique que « ces initiatives diplomatiques africaines constituent un moment historique qui renforce davantage les liens historiques du Maroc avec sa profondeur africaine ».

« L’ouverture des représentations diplomatiques est de nature à consolider la coopération Sud-Sud dans toutes ses dimensions, à appuyer les opportunités de développement et à promouvoir les investissements au service du progrès, de la sécurité et de la stabilité de tous les peuples africains, en particulier dans la région du Sahel et du Sahara, conformément à la vision Royale clairvoyante en la matière », précise-t-on.

« Les acteurs associatif saluent cet acte diplomatique, qui soutient le bien-fondé de la position juste et légitime du Maroc autour de sa cause nationale, notant que l’ouverture de consulats généraux dans les provinces du Sud témoigne de la réussite de la diplomatie royale, de la diplomatie officielle, ainsi que celle parallèle », ajoute la déclaration.

Outre des académiciens maocains et journalistes égyptiens, ce forum a connu la participation de représentants de l’Association de la régionalisation avancée et de l’autonomie de la région de Dakhla-Oued Eddahab, du Centre atlantique des études stratégiques et de l’analyse sécuritaire, du Forum de Dakhla pour la citoyenneté et le territoire, de l’association de l’intégrité territoriale pour le développement humain et les œuvres sociaux de la région de Dakhla-Oued Eddahab, du Centre marocain des libertés et des droits, du Centre marocain de la diplomatie parallèle et du dialogue des civilisations et le bureau régional de la Ligue marocaine de protection de l’enfance de Dakhla-Oued Eddahab.

Ce forum a été l’occasion de débattre des relations maroco-égyptiennes et des moyens à même de les développer, avec accent particulier sur les rôles que les deux pays peuvent jouer sur le plan régional, ainsi que des questions relatives à l’intégrité territoriale du Royaume et les évolutions que connaissent les régions d’Afrique du Nord et du Sahel et du Sahara.
20/01/2020