Le Conseil provincial d’Assa-Zag débloque plus de 2 MDH pour soutenir le sport et le tourisme

 Le Conseil provincial d’Assa-Zag, réuni lundi en session ordinaire du mois de juin, a approuvé plusieurs conventions d’une valeur de 2,16 millions de dirhams pour soutenir les secteurs sportif et touristique.

Lors de cette session présidée par le président du conseil provincial, Rachid Tamek, en présence du gouverneur de la province, Youssef Khayer, quelque 31 projets de conventions d’appui au secteur du sport ont été adoptés, avec la Direction provinciale de la jeunesse et des sports et les associations sportives d’une valeur totale de 1,85 MDH.

Les membres du conseil ont également approuvé deux conventions de partenariat: la première avec la délégation régionale du tourisme et le conseil provincial du tourisme afin de promouvoir le produit touristique de la provincial pour un montant de 210.000 dirhams.

La seconde convention avec la direction provinciale du ministère de l’Education nationale porte sur l’organisation d’une cérémonie d’excellence au profit des élèves brillants pour une valeur de 100.000 dirhams.

Un projet d’avenant à une convention de partenariat a également été approuvé avec la Fondation (Al-Qalam) pour l’éducation privée d’Agadir, la Direction provinciale de l’éducation nationale d’Assa-Zag et la Délégation provinciale de l’Entraide nationale afin de financer l’inscription, la scolarisation et les frais d’hébergement des étudiants dans les classes préparatoires de l’établissement.

Le conseil a également validé la programmation de l’excédent budgétaire réel pour 2020.
15/06/2021

Média indonésien: Les séquestrés de Tindouf, des prisonniers à ciel ouvert

 

 Les camps de Tindouf représentent depuis plus de quatre décennies une prison à ciel ouvert pour des milliers de séquestrés sahraouis, écrit jeudi le portail d’information indonésien « Kompasiana ».

« Après plus de quatre décennies, le +polisario+ et l’Algérie font des séquestrés de Tindouf des prisonniers à ciel ouvert qui ne sont pas autorisés à quitter les camps », déplore l’auteur de l’article, le journaliste Veeramalla Anjaiah.

Alors que les Sahraouis vivent paisiblement dans les provinces du Sud du Maroc, certains ont été emmenés de force dans les années 1970 à Tindouf, explique-t-il, pointant du doigt le front du +polisario+ ainsi que l’Algérie qui refusent les demandes répétées du Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés pour le recensement des séquestrés dans les camps de Tindouf.

Ce refus, poursuit M. Anjaiah, est expliqué notamment par les statistiques « biaisées et gonflées » véhiculées par le « polisario » pour l’obtention de l’aide internationale qui, dès sa réception, est détournée par les dirigeants de l’entité fantôme.

« Selon des militants et des organisations non gouvernementales, le +polisario+ a détourné plus de 100 millions d’euros au cours des 10 dernières années (…) et la majeure partie de l’argent détourné atterrit directement dans les poches des dirigeants du +polisario+ pour se constituer une richesse personnelle », a-t-il souligné. Les dirigeants du « polisario » ont systématiquement et méthodiquement profité de l’aide humanitaire et amassé d’énormes richesses, poursuit l’écrivain dans son article, ajoutant que des militants internationaux ont appelé la communauté internationale à agir au plus vite pour l’aide humanitaire puisse bénéficier à la population séquestrée.

« Des milliers de personnes ont été exploitées dans les camps de Tindouf pour donner au groupe séparatiste du +polisario+ le droit à l’aide humanitaire », a déploré M. Anjaiah, signalant que le « polisario » dirige les camps de Tindouf d’une main de fer, en rejetant catégoriquement toute opposition politique.

« De la pure dictature est exercée par le « polisario » dans les camps des séquestrés », a-t-il regretté, exprimant sa compassion envers des milliers de sahraouis qui vivent forcés dans des conditions désastreuses à Tindouf depuis plus de 45 ans.
18/02/2021

Le Conseil national de l’ordre des notaires salue les sages décisions de SM le Roi dans la gestion du dossier d’El Guerguarat

Le Conseil national de l’ordre des notaires du Maroc, en visite vendredi au poste-frontière El Guerguarat, a salué les sages décisions de SM le Roi Mohammed VI dans la gestion du dossier d’El Guerguarat.

Dans un communiqué lu à cette occasion, le Conseil a rendu hommage à la gestion “sage” et “résolue” du dossier de l’intégrité territoriale du Royaume par SM le Roi sur tous les plans, dans le strict respect de la légitimité internationale.

Dans ce cadre, le Conseil s’est félicité de l’opération pacifique menée par les Forces Armées Royales (FAR), Sur Hautes Instructions de SM le Roi, Chef Suprême et Chef d’Etat-Major Général des FAR, ayant permis le rétablissement de la circulation des biens et des personnes entre le Maroc et la Mauritanie en particulier, et entre l’Europe et l’Afrique subsaharienne en général.

Dans ce sillage, il a fait part de son entière disposition pour sauvegarder l’identité nationale et défendre la souveraineté et l’intégrité territoriale, tout en réitérant sa mobilisation constante derrière le Souverain pour faire face aux manœuvres ourdies par les ennemies de l’intégrité territoriale.

Le Conseil national de l’ordre des notaires du Maroc a également salué les positions de la communauté internationale et celle des pays frères et amis en soutien à la première cause nationale et à la proposition d’autonomie présentée par le Maroc, tout en se félicitant de la décision historique des États-Unis d’Amérique de reconnaître la souveraineté pleine et entière du Maroc sur l’ensemble de son Sahara.

De même, le communiqué a mis l’accent sur le rôle central des notaires dans la sécurité contractuelle, la protection de la propriété et la garantie des investissements nationaux et internationaux, afin de contribuer à la mise en place d’un pôle industriel, commercial et touristique intégré dans les provinces du Sud du Royaume.
23/01/2021

Dakhla Oued Eddahab: Le CRI et l’APEBI coopèrent en matière de transformation digitale

Magazine italien: Le polisario s’inspire des méthodes de Daesh en appelant à des attaques contre le Maroc

 

Le groupe armé “le polisario” s’inspire des méthodes de Daesh et appelle ses milices et cellules dormantes à mener des attaques terroristes contre le Maroc, ce qui constitue un précédent dangereux, a souligné le magazine italien, Insideover.

“Les dirigeants du polisario s’inspirent de Daesh et menacent de mener la guérilla et des attaques terroristes contre le Maroc, en activant ses milices et ses cellules dormantes”, écrit ce magazine spécialisé dans les relations internationales.

L’auteur de l’article Mauro Indelicato évoque à cet effet des déclarations de dirigeants de ce groupe séparatiste appelant les civils à « se faire exploser au milieu de l’ennemi pour faire le plus grand nombre de victimes ».

“Il s’agit d’un précédent très dangereux et d’une escalade du terrorisme djihadiste dans la région qui rappelle de très près la stratégie médiatique de terreur perpétuée par Daech au Moyen-Orient et en particulier en Europe”, fait constater Insideover.

Comme Daesh, le polisario, a-t-il poursuivi, n’a pas non plus de scrupules à kidnapper, former et utiliser des enfants recrutés par des djihadistes, ce qui dénote un tournant inquiétant dans la stratégie terroriste adoptée par les séparatistes.

Le magazine rappelle, à cet égard, que “les camps de Tindouf dans le sud de l’Algérie, comme le dénoncent les organisations humanitaires depuis des années, sont devenus un réservoir et un terreau fertile pour les organisations jihadistes, où survivent des enfants sans perspectives d’avenir”.

“C’est dans ces camps où recrutent le mouvement djihadiste al-Qaïda au Maghreb islamique, dont les bases sont en Algérie et les hommes de Mokhtar Bel Mokhtar, le représentant d’al-Qaïda au Sahara ainsi que les groupes du Mujao liés au polisario, selon des rapports de services de renseignements occidentaux”, révèle Mauro Indelicato.

Insideover souligne, en outre, que les liaisons dangereuses polisario-Daesh sont également confirmées par la prime de 5 millions de dollars du Département d’Etat américain accrochée à la tête du terroriste Adnan Abu Walid al-Sahrawi, membre du groupe du polisario et leader de l’organisation terroriste Daesh au Grand Sahara (ISGS) qui a revendiqué l’attaque d’octobre 2017 contre une patrouille conjointe américano-nigériane près du village de Tongo Tongo, au Niger, entraînant la mort de quatre soldats américains.

Pour ce média italien, “le polisario a totalement perdu le contrôle”.

Et d’ajouter que “Ce qui se passe actuellement dans les camps de Tindouf en Algérie représente un stratagème pour cacher le drame humanitaire de la population sahraouie dans les camps et une vaine tentative de masquer la scission en son sein”.
22/11/2020

presse indonésienne: La question du Sahara marocain aurait facilement été résolue si l’Algérie avait cessé de soutenir le “polisario”

La question du Sahara marocain aurait facilement été résolue si l’Algérie avait cessé de soutenir le “polisario”, indique dimanche le portail d’informations indonésien “Kompasiana”.

“L’Algérie continue de nourrir la rancune envers le Maroc (…). C’est pourquoi elle soutient le “polisario” avec de l’argent et des armes”, écrit l’auteur de l’article, le journaliste Veeramalla Anjaiah.

L’ONU et la communauté internationale doivent faire pression sur l’Algérie pour mettre fin à son ingérence dans les affaires intérieures du Maroc, souligne-t-il, précisant que les dirigeants du “polisario” font face actuellement à une grande colère des séquestrés à Tindouf qui protestent contre les conditions de plus en plus précaires dans les camps.

“Certains individus frustrés de Tindouf ont malheureusement fini par rejoindre des organisations terroristes, tandis que d’autres plus chanceux ont réussi à fuir les griffes du polisario et sont retournés au Maroc”, a relevé le site d’informations.

Et de conclure que de nombreux pays et États africains ont dénoncé les actions provocatrices du “polisario” perturbant la stabilité de la région, tout en exprimant leur appréciation quant aux efforts du Maroc pour restaurer la paix dans la région.
22/11/2020

Commune d’Al Mahbes: la société civile de Guelmim soutient l’intervention à El Guerguarat

 Plusieurs représentants de la société civile de Guelmim, en visite dimanche dans la commune d’Al Mahbes (province d’Assa-Zag), ont affirmé leur soutien inconditionnel à l’intervention des Forces Armées Royales (FAR) en vue de sécuriser les flux des biens et des personnes au passage d’El Guerguarat au Sahara marocain.

Cette intervention non offensive des FAR, sur Hautes Instructions de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, Chef Suprême et Chef d’Etat-Major Général des FAR, a permis de chasser les bandits du “polisario” de cette zone, ont-ils fait observer.

Dans des déclarations à la MAP, ces acteurs associatifs ont salué le professionnalisme et la grande retenue des FAR au cours de cette opération visant à restaurer la libre circulation civile et commerciale dans cette zone reliant le Maroc à la Mauritanie.

Ils ont aussi relevé que les provocations désespérées des miliciens séparatistes dans la zone d’El Guerguarat ne sont qu’une expression d’une frustration quant aux avancés accomplies par le Maroc dans le dossier du Sahara.

Dans une allocution lue en son nom, le président du conseil communal d’Al Mahbes, Mahmoud Abidar, a exprimé la fierté des habitants de cette collectivité territoriale pour les victoires réalisées par la diplomatie marocaine, sous le leadership de SM le Roi, au sujet de l’intégrité territoriale du Royaume, notant que cette politique a renforcé le rayonnement du Maroc aux échelles continentale et internationale.
22/11/2020

Expert mauritanien: L’action du Maroc à El Guerguarat était nécessaire

 L’opération menée vendredi par le Maroc à El Guerguarat était “tout à fait normale” et “nécessaire” car il s’agissait d’une question se rapportant à la défense de sa souveraineté et de son intégrité territoriale, a indiqué le directeur du Centre maghrébin pour les études stratégiques, le Mauritanien Didi Ould Salek.

“Au final, le Polisario a essuyé un camouflet cinglant” suite au blocage de ce passage frontière entre le Maroc et la Mauritanie, a déclaré Ould Salek, qui est également professeur universitaire.

Deux raisons principales expliquent la décision marocaine : D’abord, le Royaume a agi en réaction au blocage de ce passage par le “polisario”, qui voulait tester la force du Maroc et sa capacité à faire face à ce genre de complots, ensuite il s’agit d’une action qui relève de la défense par le Maroc de son intégrité territoriale, a-t-il expliqué.

Il a fait savoir que la main de l’Algérie derrière cette énième basse manœuvre n’est pas à démontrer, relevant que ce pays maghrébin tente “de détourner l’attention sur sa crise interne”, d’autant plus que son armée mise énormément sur le dossier du Sahara marocain pour se racheter une légitimité.

Face aux provocations “graves” et “inacceptables” auxquelles se sont livrées les milices du “polisario” à El Guerguarat au Sahara marocain, le Royaume a décidé d’agir, dans le respect de ses attributions, en vertu de ses devoirs et en parfaite conformité avec la légalité internationale.

Cette opération “non offensive” et “sans aucune intention belliqueuse” s’est déroulée selon des règles d’engagement claires, prescrivant d’éviter tout contact avec des personnes civiles et de ne recourir à l’usage des armes qu’en cas de légitime défense, selon l’état-major général des FAR.

Par la mise en place d’un cordon de sécurité, le passage d’El Guerguarat est “à présent complètement sécurisé”, selon la même source.
17/11/2020

Le Conseil régional de Dakhla-Oued Eddahab salue la décision du Maroc d’agir à Guergarate

Le Conseil de la région de Dakhla-Oued Eddahab a vivement salué, vendredi, la décision du Royaume d’agir dans la zone tampon de Guergarate au Sahara marocain en vue de sécuriser le flux des biens et des personnes au niveau de ce passage.

“Nous saluons vivement la décision du Royaume du Maroc, qui a fait preuve de la plus grande retenue face aux provocations des séparatistes, d’agir pour mettre fin à l’obstruction de la circulation et de la liberté de circulation civile et commerciale au poste-frontière de Guergarate, dans le plein respect de ses attributions, en vertu de ses responsabilités et en parfaite conformité avec la légalité internationale”, indique un communiqué du conseil.

En tant que véritables représentants légitimes et élus démocratiquement par la population locale, les membres du conseil condamnent aussi “les graves provocations des milices +polisario+ qui mettent en péril la sécurité et la stabilité de la région, et sapent toute possibilité de relancer le processus politique souhaitée par la communauté internationale”.

Il s’agit aussi, ajoute le communiqué, de “contrecarrer les efforts déployés par les Nations Unies et son Secrétaire général pour trouver une solution politique consensuelle au conflit régional artificiel autour du Sahara marocain”.

Face aux provocations dangereuses et inacceptables des milices séparatistes dans la zone tampon de Guergarate au Sahara marocain, le conseil régional réitère sa disposition permanente à faire face “à toutes les manœuvres menées par le +polisario+, et derrière lui l’Algérie, pour viser le Maroc dans son intégrité territoriale, sa sécurité et sa stabilité”.

“La poursuite de ces tentatives désespérées ne fera que renforcer notre détermination et attachement à la marocanité du Sahara”, soulignent les membres du conseil, tout en exprimant leur forte volonté de “s’engager davantage sur la voie démocratique et de concrétiser le modèle de développement pionnier parrainé par Sa Majesté le Roi Mohammed VI dans les provinces du sud du Royaume”.

En outre, ils réaffirment leur attachement au glorieux Trône alaouite et leur mobilisation permanente derrière SM le Roi pour préserver l’intégrité territoriale du Royaume et maintenir la sécurité et la stabilité dans la région.
17/11/2020

El Guergarat: Un collectif d’ONGs maroco-canadiennes salue l’action décisive du Royaume

 Un collectif d’associations maroco-canadiennes a salué l’intervention menée par les Forces armées royales dans la zone tampon d’El Guergarat pour mettre un terme à la situation de blocage générée par les “provocations graves et irresponsables” des milices du polisario dans la zone tampon d’El Guergarat au Sahara marocain.

Dans un communiqué signé par 29 organismes et associations, le collectif s’est félicité de “la sagesse et la fermeté dont a fait montre le Maroc sous la sage conduite SM le Roi Mohammed VI, pour le dénouement de la crise provoquée au niveau de ce passage”.

Les associations ont en outre fermement condamné les actes de vandalisme et de violence ayant visé dimanche le consulat du Royaume à Valence en Espagne.

«Le 15 novembre 2020, le Consulat du Royaume à Valence en Espagne a été attaqué par une poignée de malfaiteurs commandés par la bande du “polisario” qui a enlevé le drapeau marocain pour accrocher le torchon de leur bande dans une tentative misérable et désespérée de dissimuler leur déception face aux décisions des Nations Unies», indiquent les signataires du communiqué.

Cet acte lâche et abjecte intervient également en réaction à «l’échec des tentatives des milices du “polisario” à fermer le passage d’El Guergarat en violation de la légalité internationale», ajoute la même source.

Tout en condamnant et dénonçant fermement ces agissements graves qui transgressent les normes et lois en vigueur, en particulier celles liées à la protection des missions diplomatiques, le collectif a appelé les autorités concernées à entreprendre les mesures nécessaires pour protéger ces missions et traduire en justice les responsables de pareils actes hors la loi.

“En réponse à ces manœuvres et comportements criminels liés aux agissements de ces milices, nous affirmons, en tant que qu’acteurs du tissu associatif canadien et Marocains résidant au Canada, notre attachement à l’intégrité territoriale du Royaume et notre mobilisation permanente derrière SM le Roi”, conclut le communiqué.
18/11/2020