Match de gala à Laâyoune: Les légendes du Ballon rond célèbrent la Marche Verte

Le stade Cheikh Mohamed Laghdaf à Laâyoune a été de nouveau la destination privilégiée d’une pléiade de légendes vivantes du Ballon rond mondial qui ont participé, mardi, à un match de gala pour fêter avec le peuple marocain le 43è anniversaire de la glorieuse Marche Verte.

Des dizaines de grands noms ayant marqué durant plusieurs années de leur empreinte le football marocain, africain et mondial ont offert à la population de la ville de Laâyoune un spectacle haut en couleur, lors de cette manifestation sportive, placée sous le Haut Patronage de SM le Roi Mohammed VI.

Organisé par l’Association sportive des Frères d’appui aux jeunes et aux œuvres charitables et sociales, en collaboration avec le ministère de la Jeunesse et des Sports, ce match qui s’est déroulé en présence de plus de 20.000 spectateurs a opposé l’équipe des anciens joueurs arabes et africains à celle des anciens du reste du monde.

Y ont pris part de figures emblématiques du football, telles que les Brésiliens Cafu, Rivaldo, Ronaldinho, le Ghanéen Abedi Pelé, le Camerounais Roger Milla, l’Américain Cobi Jones, l’Egyptien Nadir El Sayed, le Saoudien Saaed Al Owairan, l’Irakien Nashat Akram, le Tunisien Zoubaier Baya, outre les Marocains Said Chiba, Merry Krimau et d’autres vedettes du ballon rond.

Cette rencontre footballistique s’est soldée par le score de 4 à 2 au profit de l’équipe des anciens joueurs arabes et africains.

Dès leurs arrivées dans la capitale des provinces du Sud, un accueil des plus enthousiaste a été réservé à ces stars qui ont tenu à assister à ce grand rendez-vous, pour partager avec le public des instants de joie et de bonheur et revivre les souvenirs d’un passé proche.

Lors d’une conférence de presse, tenue lundi à Marrakech, ces stars du football mondial ont souligné que ce match constitue pour eux une occasion pour s’enquérir du grand progrès réalisé dans les provinces du sud du Royaume en général, et dans la ville de Laâyoune en particulier.
06/11/2018

La proposition de Sa Majesté le Roi à l’Algérie, « opportune » et “bienvenue”

L’annonce faite par Sa Majesté le Roi Mohammed VI dans le discours à la Nation, à l’occasion du 43-ème anniversaire de la Marche verte, de la disposition du Maroc au dialogue direct et franc avec l’Algérie est “opportune” et “bienvenue”, a déclaré mardi à MAP-Washington, PJ. Crowley, ancien sous secrétaire d’état US en charge des affaires publiques.

“Etant donné que le Maroc et l’Algérie sont voisins, qui confrontent des différends complexes sans solutions faciles, la proposition du Souverain d’engager un dialogue de bonne foi est bien évidemment la bienvenue”, a tenu à souligner M. Crowley, également ancien porte-parole de la diplomatie américaine.

Et de faire observer, à ce propos, que “si l’Algérie répond par la réciproque, cela serait un pas significatif vers l’avant”.

Faisant allusion à la question du Sahara, M. Crowley a noté que les Nations Unies ont joué un rôle important, “mais il revient au leadership du Maroc et de l’Algérie de s’engager dans un dialogue direct pour trouver un règlement à cette question et aux autres questions en suspens afin de pouvoir aller vers des relations normales”.

Dans Son discours à la Nation, Sa Majesté le Roi avait déclaré: “C’est, donc, en toute clarté et en toute responsabilité que Je déclare aujourd’hui la disposition du Maroc au dialogue direct et franc avec l’Algérie sœur, afin que soient dépassés les différends conjoncturels et objectifs qui entravent le développement de nos relations”.

“A cet effet, Je propose à nos frères en Algérie la création d’un mécanisme politique conjoint de dialogue et de concertation. Le niveau de représentation au sein de cette structure, son format, sa nature sont à convenir d’un commun accord”, a souligné le Souverain, notant que “Le Maroc est ouvert à d’éventuelles propositions et initiatives émanant de l’Algérie pour désamorcer le blocage dans lequel se trouvent les relations entre les deux pays voisins frères”.

07/11/2018

La position de la Chine en faveur de la résolution 2440 du CS de l’ONU reflète la qualité de la concertation sino-marocaine dans les sphères internationales 

La position de la Chine en faveur de la résolution 2440 du Conseil de Sécurité de l’ONU, adoptée mercredi à grande majorité de ses membres, reflète la qualité de la concertation sino-marocaine au niveau des sphères internationales, a indiqué, vendredi à Rabat, l’ambassadeur de la République de Chine à Rabat, M. Li Li.

Dans un entretien accordé à la MAP à l’occasion du 60ème anniversaire de l’établissement de relations diplomatiques entre la Maroc et la Chine, M. Li a souligné qu’en matière de coopération au niveau des sphères internationales, les deux pays s’accordent et se soutiennent mutuellement sur plusieurs questions prioritaires.

A titre d’illustration, l’ambassadeur chinois a cité la position de son pays, membre permanent du Conseil de sécurité, en faveur de la résolution 2440 qui s’inscrit dans le cadre de l’appui de la Chine aux efforts des Nations Unies en vue d’une solution équitable et acceptée par toutes les parties concernées, visant un règlement définitif à ce différend.

Par ailleurs, M. Li a fait observer que le Maroc et la Chine tiennent à échanger les points de vue et maintiennent des canaux de communication fluide.

Le Conseil de sécurité de l’ONU a adopté, mercredi à grande majorité de ses membres, la résolution 2440 relative au Sahara marocain stipulant notamment la prorogation de six mois du mandat de la MINURSO et consacrant, une fois de plus, la prééminence de l’initiative marocaine d’autonomie.
02/11/2018

Laâyoune: 3è édition du Festival international du théâtre de rue

La 3è édition du Festival international du théâtre de rue de Laâyoune aura lieu du 9 au 11 novembre, une manifestation culturelle initiée par l’association Odyssée dans le cadre des festivités marquant la célébration du 43è anniversaire de la Marche Verte.

Cet évènement est organisé en partenariat avec la direction régionale de la Culture de Laâyoune et avec l’appui du ministère de la Culture de la communication, de l’Agence du Sud et de la Fondation de la Banque populaire, indique un communiqué des organisateurs.

Il vise à faire de la culture et de l’art des locomotives du développement dans les provinces du Sud, à mettre en avant leurs atouts socio-économiques et à promouvoir le rayonnement de la ville de Laâyoune, en particulier, et de la région de Laâyoune-Sakia El Hamra, en général.

D’après le communiqué, cette édition sera marquée par la participation de plusieurs troupes qui vont présenter des spectacles de théâtre et des arts de rue, ainsi que des spectacles vivants sur des places et espaces publics.

Lors de cet événement culturel, un hommage sera rendu à certains artistes en signe de récompense pour leur contribution dans l’enrichissement de la scène artistique nationale.
 02/11/2018 

Signature à Laâyoune d’une entente de partenariat entre le Centre de formation continue de la CFCIM et « BMCE Bank of Africa Academy »

Le Centre de formation continue de la Chambre Française de Commerce et d’Industrie du Maroc (CEFOR) et « BMCE Bank of Africa Academy » ont signé, samedi à Laâyoune, une entente de partenariat en vertu de laquelle les deux parties conviennent de concevoir des formations adaptées aux besoins des collaborateurs de BMCE Bank of Africa et des opérateurs de chaque région.

Signée en marge de la 3ème édition du Forum d’affaires Maroc –France, cette entente de partenariat stipule l’échange d’expertise, de formation et d’information avec BMCE Bank of Africa Academy dans l’encadrement et l’animation des sessions de formation et la préparation et l’animation conjointe des cycles de conférences sur des thématiques d’actualité pour des populations diverses au plus près des enjeux économiques du pays et du continent, indique un communiqué de BMCE Bank of Africa.

Elle prévoit aussi l’échange régulier des informations sur les nouvelles attentes en matière de formation professionnelle et le travail en synergie avec BMCE Bank of Africa Academy pour adapter les contenus de formation aux besoins des collaborateurs ciblés & des opérateurs désignés de chaque région, ajoute la même source.

Il s’agit également de la co-organisation des formations en faveur des collaborateurs de BMCE Bank of Africa de la région Grand Sud au sein du nouveau campus de la CFCIM à Laâyoune, de l’organisation des nouvelles promotions du Club PME au sein du campus de Laâyoune et de la réalisation de Business Case avec les experts CFCIM et BMCE Bank of Africa, outre l’accès mutuel aux conférences, évènements débats, tables rondes, expositions, rencontres et tout évènement d’envergure au Maroc et en Afrique subsaharienne.

La 3ème édition du Forum d’affaires Maroc –France a été, par ailleurs, l’occasion pour BMCE Bank of Africa de célébrer la 1ère promotion du Club PME de Laâyoune, d’accompagner les entrepreneurs de la région et d’apporter son soutien aux projets à forte valeur ajoutée, selon le communiqué.
 03/11/2018 

BMCE Bank of Africa célèbre la 1ère promotion du Club PME Laâyoune

 BMCE Bank of Africa a célébré samedi les lauréats de la 1ère promotion du Club PME Laâyoune, dans le cadre de sa mission d’accompagnement et de partenariat durable avec les cadres des petites et moyennes entreprises.

Conscient de l’importance du rôle économique et social de la PME dans toutes les régions du Royaume, le Club PME continue à asseoir sa mission d’accompagnement et de conseil, à renforcer sa dimension régionale, à faciliter la maîtrise des techniques bancaires (montage des dossiers de crédit, types de financement, etc.), à favoriser l’échange d’expériences entre PME et à partager les bonnes pratiques, indique un communiqué de BMCE Bank of Africa, notant qu’à ce jour, le Club PME by BMCE Bank compte 18 promotions dans plusieurs régions du Maroc. Il s’agit d’un bilan très satisfaisant avec 18 promotions (8 à Casablanca, 2 à Rabat, 1 à Bouskoura, 1 à Fès & Meknès, 1 à Agadir & Ait Melloul, 1 à Marrakech, 1 à Safi & Beni Mellal, 1 à Laâyoune, 1 à Tanger, 1 à Nador) et plus de 311 PME bénéficiaires du cycle de formation et plusieurs universités partenaires (Hassan II, Ibn Zohr, Abdelmalek Essaâdi, Al Akhawayn, Université Hassan 1er de Nador….etc.), selon la même source,

Il s’agit également de 6 modules de formation pratiques, étalés sur 3 mois, à raison de 2 modules par mois, de près de 1080 heures de formation, de partage d’expérience et d’échange sur les best practices et d’une dizaine d’intervenants : professeurs universitaires, cadres bancaires, partenaires (Maroc PME, CCG) et filiales de la banque (BMCE K, Maghrebail, Maroc Factoring), précise le communiqué.

Dans cette optique d’innovation, BMCE Bank of Africa confirme sa volonté de se rapprocher de ses clients PME pour mieux les servir et ce, à travers des offres de services adaptées, des conseils de qualité et un accompagnement personnalisé pour faciliter davantage leur quotidien, poursuit le communiqué, rappelant que le concept «Club PME by BMCE Bank» est né d’un partenariat entre l’Observatoire de l’Entreprenariat de BMCE Bank et la Faculté des Sciences Juridiques Économiques et sociales de Casablanca avant d’être étendu à d’autres universités du Royaume. Il s’adresse spécifiquement aux cadres financiers des entreprises clientes pour leur offrir des cycles de formation certifiant, explique la même source, faisant observer que les thématiques abordées lors de ces formations permettent aux adhérents de répondre aux différentes problématiques d’actualité aussi bien d’ordre stratégique que technique. COM.
 03/11/2018

Les patrons français conquis par les attraits économiques de Laâyoune

La région de Laâyoune-Sakia El Hamra, de par les multiples opportunités d’investissement qu’elle présente et les infrastructures modernes qu’elle recèle, constitue assurément une aubaine pour les entreprises en quête de croissance et de performance.

En effet, au terme du Forum d’affaires Maroc-France qui s’est tenu du 2 au 4 novembre à Laâyoune, nombreux sont les chefs d’entreprise français qui ont fait part du grand intérêt qu’ils portent à cette région en plein essor et de leur souhait de contribuer à la dynamique économique exceptionnelle de celle-ci.

Ainsi, dans une déclaration à la MAP, le Directeur général de Lydec, filiale de la multinationale française Suez, Jean-Pascal Darriet, a assuré que l’intérêt des industriels et chefs d’entreprise français pour l’investissement dans la région est manifeste.

Le Forum d’affaires Maroc-France était « l’occasion de montrer à quel point le développement de la région de Laâyoune-Sakia El Hamra ne laisse pas insensible le tissu industriel français », a-t-il insisté, ajoutant que ce rendez-vous a permis aux opérateurs économiques français de s’informer de près du Plan de développement régional, des chantiers mis en œuvre, ainsi que des attentes en matière de développement.

M. Darriet, également membre du bureau de la Chambre française de commerce et d’industrie du Maroc (CFCIM), a ajouté que les membres du CFCIM sont « très attentifs à pouvoir apporter leurs contribution autour d’une meilleure compréhension des besoins de cette région en plein développement et dans laquelle des investissements massifs ont été mis en œuvre ».

Le développement dans la région n’est pas seulement relatif aux infrastructures, mais aussi à la recherche de la promotion des talents et du renforcement des compétences, s’est-il réjoui, relevant qu’il s’agit là de la mise en application et du respect des principes d’un développement durable.

Dans une déclaration similaire, Thierry Grosso, Directeur du Phénicia Conseil, un cabinet international de recrutement implanté dans sept pays du continent africain, s’est dit « très impressionné » par la qualité des projets de développement présentés lors du forum de Laâyoune, soutenant que « sur le plan économique, cela fait vraiment rêver ».

Les projets couvrent des secteurs divers et variés notamment le BTP, la pêche, l’agriculture, la logistique, a-t-il enchaîne, notant que les multiples attraits économiques la région vont inciter inévitablement de grands groupes à investir.

« Notre cabinet aspire les accompagner dans la recherche des compétences », a-t-il dit, soulignant que le forum de Laâyoune, qui constitue « une réussite et une fierté immense » pour la région, lui a permis de nouer des contacts utiles qui pourront assister son cabinet dans ses démarches d’implantation au Maroc.

Pour sa part, Yannick Giaconia, Directeur général de Maroc Transmission, une société opérant dans le secteur de la fourniture industrielle et de l’équipement d’usine, a fait part de l’intérêt que porte son entreprise au développement que connaît la région de Laâyoune et de son souhait de s’y implanter.

« On étudie la possibilité de s’installer à Laâyoune qui présente des opportunités de développement très intéressantes et des trésors économiques inestimables à exploiter », a-t-il insisté.

La région de Laâyoune-Sakia El Hamra occupe une position centrale et stratégique parmi les trois régions du Sud du Royaume.

Elle concentre l’essentiel des infrastructures, des administrations, et des services et disposent d’importantes ressources naturelles ainsi qu’un capital humain à fort potentiel.

L’essor économique de la région s’appuie sur ses potentialités diverses notamment ses ressources maritimes et minières. Elle offre également d’autres opportunités de développement, en particulier dans les secteurs du tourisme, l’industrie, les services et les énergies renouvelables qui représentent un atout potentiel pour l’avenir de cette région.

La région dispose aussi d’un plan de développement régional (PDR) qui se décline à travers des projets de développement structurants destinés à valoriser les potentialités humaines et naturelles et à renforcer la dynamique locale.

Doté d’une enveloppe budgétaire de 49 milliards de dirhams (MMDH), ce plan de développement ambitionne à horizon 2021, la réduction du taux de chômage à 9%, la création de 25.000 emplois, et la captation de 6 MMDH d’investissements privés.
04/11/2018

Pdt de la CFCIM: Les provinces du Sud du Maroc, un “hub idéal” à destination de l’Afrique

Les grands projets d’infrastructures mis en œuvre dans les provinces du Sud du Maroc en font le “hub idéal” à destination du continent africain, a souligné, samedi à Laâyoune, le président de la Chambre Française de Commerce et d’Industrie du Maroc (CFCIM), Philippe-Edern Klein.

“Les régions du Sud bénéficient d’ambitieux programmes d’investissements, aussi bien publics que privés, et de grands projets d’infrastructures qui en font le hub idéal à destination du continent africain”, a indiqué M. Klein, à l’ouverture des travaux du Forum d’affaires Maroc-France, organisé du 2 au 4 novembre à Laâyoune sous le Haut patronage de SM le Roi Mohammed VI.

Le président de la CFCIM a noté à cet égard que la région de Laâyoune-Sakia El Hamra offre aux investisseurs des incitations et de nombreux avantages compétitifs, notamment dans le domaine du foncier, ou encore l’accès à un réservoir de ressources humaines qualifiées.

“Si nous avons choisi Laâyoune pour accueillir, après Casablanca et Paris, cette troisième édition du Forum d’Affaires Maroc-France, c’est que nous sommes convaincus du potentiel que représentent les régions du Sud, dont le taux de croissance est l’un des plus dynamiques du Royaume”, a-t-il fait observer, appelant dans ce contexte les opérateurs économiques marocains et français à promouvoir et saisir ces grandes opportunités.

Il a en outre fait savoir que la CFCIM s’engage pour la mise en place de deux grands projets, en l’occurrence un parc industriel de dernière génération bénéficiant d’une assiette foncière de 40 hectares, qui sera situé dans la ville d’El Marsa (25 km de Laâyoune), et un campus qui accueillera l’Ecole française des Affaires, le Kluster CFCIM (incubateur de startups), et le CEFOR Entreprise, centre de formation professionnelle continue.

Dans le même ordre d’idées, M. Klein s’est dit convaincu que le décollage économique des régions du Sud du Royaume passera avant tout par le développement de leur tissu d’entreprises.

“A l’exemple de l’automobile ou de l’aéronautique, chaque écosystème qui s’implante au Maroc dans une logique de co-développement et dans un esprit de partenariat gagnant-gagnant permet de créer localement de la richesse et des emplois durables”, a-t-il expliqué.

Après avoir souligné que les retombées sont directement mesurables au niveau des indicateurs du développement humain, il a noté que l’impulsion économique générée profite à toute la population, encourage l’entrepreneuriat et les activités génératrices de revenus, et permet d’autonomiser financièrement les foyers les plus défavorisés.

Organisé par le ministère de l’Industrie, de l’investissement, du commerce et de l’économie numérique, la Région de Laâyoune Sakia-El Hamra et la CFCIM, le Forum d’affaires Maroc-France vise à créer un espace de rencontre efficace, dynamique et riche en contenu entre les opérateurs économiques marocains et français.

Il ambitionne également de valoriser le potentiel de la région de Laâyoune Sakia-El Hamra comme point d’entrée et hub vers l’Afrique et à présenter les opportunités d’investissements qu’elle recèle aux investisseurs afin de les aider à optimiser leur développement dans la région.

Cet évènement a aussi pour objectifs de promouvoir la région de Laâyoune-Sakia El Hamra auprès des opérateurs économiques français et marocains et de les accompagner en matière d’investissements, de partenariats et d’échanges commerciaux.

Le Forum d’affaires Maroc-France offre ainsi aux participants l’occasion de rencontrer les principaux opérateurs économiques de la région ainsi que les acteurs institutionnels, et de s’informer des opportunités d’investissements et d’affaires dans la région.

La séance d’ouverture de cette manifestation a été marquée par la présence notamment de la Secrétaire d’Etat chargée du Commerce extérieur, Rakiya Eddarhem, du Wali de la région de Laâyoune Sakia El Hamra, Yahdih Bouchab et du président du Conseil régional, Sidi Hamdi Ould Errachid.
03/11/2018

ONU : l’Algérie attise le séparatisme en Afrique

En plus de son hostilité avérée à l’égard du Maroc, il semblerait que l’Algérie ait décidé d’élargir ses manœuvres sournoises et déstabilisatrices au reste du continent africain et plus particulièrement à l’Afrique de l’Ouest et du Centre.
En effet, un incident révélateur intervenu lors des débats de la 4è Commission de la 73ème session de l’Assemblée Générale des Nations-Unies a mis à nu les agissements sournois de l’Algérie, et a suscité l’indignation et l’agacement des nombreuses délégations auprès de l’ONU.
A la surprise générale, deux individus ramenés par l’Algérie et inscrits en tant que pétitionnaires pour prêcher les thèses fallacieuses de l’Algérie sur la question du Sahara marocain, se sont révélés être des séparatistes camerounais venant pour plaider l’indépendance de la soi-disant « république d’Ambazonie », région anglophone frontalière avec le Nigéria voisin.
L’intention de ces individus et de leur pourvoyeur financier, l’Algérie, est claire et irréfutable. Ces derniers, tout en prétextant vouloir plaider les thèses fallacieuses de l’Algérie sur le Sahara marocain, visaient en réalité à introduire dans les débats la question de l’indépendance de l’entité chimérique d’Ambazonie, située dans une région hautement sensible, à cheval entre l’Afrique de l’Ouest et l’Afrique Centrale.
La participation de ces individus n’est heureusement pas passée inaperçue, et pour cause, ils avaient déjà tenté d’intervenir l’année passée en utilisant le même subterfuge, sans succès, grâce à la vigilance de la délégation camerounaise et de la solidarité africaine à cet égard.
La Mission Permanente du Cameroun a saisi officiellement les Nations-Unies et le Groupe Africain pour empêcher cette supercherie. Ainsi, malgré l’insistance en coulisse de la délégation algérienne pour permettre à ces séparatistes d’être auditionnés par la 4è Commission, la délégation camerounaise a réussi à déjouer les tentatives de l’Algérie.
Il y a des faits indéniables que toutes les paroles de la diplomatie algérienne ne peuvent nier. Leur obsession hégémonique se révèle jour après jour. L’Algérie qui prêche à qui veut l’entendre qu’elle défend les intérêts de l’Afrique soutient en réalité le séparatisme en Afrique du Nord, au Sahel, et maintenant en Afrique de l’Ouest et Centrale.
20/10/2018

Le Paraguay réitère son « soutien inconditionnel » à l’intégrité territoriale du Maroc

Le vice-ministre des Relations extérieures du Paraguay, Hugo Saguier Caballero, a réitéré le « soutien inconditionnel » de son pays à l’intégrité territoriale du Royaume.

« S’agissant de l’intégrité territoriale du Maroc, le Paraguay réitère son soutien inconditionnel à la position du Maroc concernant ce conflit ainsi qu’à toutes les initiatives appuyant le Royaume » en vue de parvenir à un règlement acceptable susceptible de contribuer à la stabilité de la région, a déclaré M. Saguier Caballero à la MAP, à l’issue des travaux de la première session des consultations politiques Maroc-Paraguay, qui s’est déroulée vendredi à Asunción.

Le responsable paraguayen a, en outre, relevé que le « Maroc peut toujours compter sur le soutien du Paraguay » en vue de trouver une solution pacifique à ce conflit régional artificiel qui dure depuis plus de 40 ans, en soulignant que le gouvernement de son pays soutient toutes les initiatives visant à réaliser la paix partout dans le monde.

Et M. Saguier Caballero de rappeler que le parlement paraguayen avait exprimé récemment sa position en faveur de l’intégrité territoriale du Royaume, en relevant qu’il s’agit de la même position adoptée par le gouvernement du Paraguay.

Cette position a été officiellement réitérée à la délégation marocaine, conduite par la secrétaire d’Etat auprès du ministre des Affaires étrangères et de la coopération internationale, Mme Amina Boucetta, à l’occasion de la tenue de la première session des consultations politiques.

Dans le communiqué conjoint ayant sanctionné les travaux de cette première session des consultations politiques, le Paraguay a exprimé son « soutien à l’initiative d’autonomie pour le Sahara, en tenant compte du principe de souveraineté et de l’intégrité territoriale du Maroc ».

21/10/2018