accès à l'eau Sahara

Au lendemain du retour des provinces sahariennes à la mère patrie en 1975, plusieurs projets d’alimentation en eau potable et d’assainissement ont vu le jour dans la région du Sahara.
Ces projets ont permis d’améliorer le service d’approvisionnement en eau potable et les conditions sanitaires des populations sahraouies.

Faut-il rappeler que le problème de l’eau potable au niveau de la région du Sahara s’est posé sur deux plans :

Insuffisance des ressources en eau dégagées pour satisfaire les besoins Immédiats ;
Insuffisance des infrastructures en installations d’eau potable (adductions, réservoirs et réseaux de distribution).

En effet, un vaste programme de prospections a aussitôt été engagé en vue de dégager de nouvelles ressources en eau susceptibles de satisfaire les besoins en eau potable des populations.

Les investissements réalisés en matière d’eau potable dans ces provinces ont permise, entre autres, de doter les villes de Laâyoune et Boujdour d’unités de dessalement de l’eau de mer, de réaliser le projet d’alimentation en eau potable de la ville de Smara à partir du champ captant de Sidi El Khattari et d’installer la station de dessalement d’eau saumâtre de Tarfaya et de Dakhla.

D’autres projets ont vu également le jour. Il s’agit de la mise en service en 2005 des projets d’alimentation en eau potable des centres Foum El Oued et El Marsa dans la province de Laâyoune et de l’alimentation en eau potable les centres Sidi Ahmed Laâroussi et Amgala dans la province de Smara. Les efforts déployés ont permis d’atteindre actuellement un taux d’accès à l’eau potable de la population de la région du Sahara dépassant les 95%.