Pêche maritime

La zone atlantique sud couvrant la région du Sahara est caractérisée par la diversité des espèces halieutiques dont la composition et l’abondance sont conditionnées en grande partie par les facteurs hydro-climatiques qui règnent sur la côte ouest africaine.

L’exploitation de cette biodiversité a été à l’origine de l’émergence d’une dynamique d’investissement public et privé dans la région du Sahara dans le domaine maritime depuis leur retour à la mère patrie.

A cet égard, et dès la récupération par le Maroc de ses provinces du sud, le secteur des pêches maritimes a connu un développement exponentiel qui s’est concrétisé par l’accroissement des unités de pêche maritime que ce soit la pêche artisanale, la pêche côtière ou la pêche hauturière ainsi que l’augmentation du nombre de pêcheurs exerçant dans les unités de la pêche maritime.

La volonté d’ériger le secteur des pêches maritimes en tant qu’axe stratégique de développement économique et social de la région s’est concrétisée par la réalisation d’investissements spécialisés tant par le secteur privé pour la flotte de pêche et les industries de valorisation, que le secteur public pour les infrastructures d’accueil et d’encadrement.

L’élément humain constitue une composante importante du programme de développement du secteur des pêches maritimes dans la région du Sahara.

Dans le but de contribuer au développement de la qualification et de l’encadrement des ressources humaines, les provinces du Sud disposent de quatre établissements de formation maritime à Laayoune, Dakhla, Boujdour et Tan Tan.

Ces instituts assurent une formation dans les différentes disciplines maritimes. Les lauréats de ces Instituts travaillent dans les bâteaux de pêche ou dans d’autres établissements publics et privés tels que le ministère des pêches maritimes, le ministère de l’équipement, l’Office Chérifien des Phosphates (OCP), l’Office des exploitations des ports (ODEP) et dans d’aurres instituts de recherches maritimes.