Réseau routier

500 Autoroute - Fr-2
Puissant facteur d’unification, le réseau routier a joué au lendemain du retour de la région du Sahara à la mère patrie un rôle de premier ordre dans le développement de la région.

En effet, le réseau routier a accompagné l’aménagement portuaire. Il a ainsi établi une complémentarité directe entre les voies terrestres et les voies maritimes suivant une double orientation, d’une part Est-Ouest afin de faciliter l’accès à la mer à partir des régions intérieures et d’autre part Nord-Sud pour créer une liaison directe avec les différents pôles de développement au nord du Royaume.

Au lendemain de la récupération des provinces du Sud, des investissements lourds ont été opérés par le Royaume du Maroc pour le renforcement du réseau routier dans la région. Ainsi,un programme routier pour cette région a été mis en œuvre visant à assurer l’acheminement des produits de première nécessité pour l’approvisionnement des populations.

En effet, l’établissement des liaisons routières a permis le rattachement de la région aux centres de production et de distribution nationaux notamment aux riches plaines agricoles du Souss ainsi que le désenclavement de la région par la création de liaisons intégrées au réseau national. A cela s’ajoute l’amélioration des moyens internes de liaison en créant un maillage de routes reliant les centres ruraux aux agglomérations urbaines pour stimuler les échanges intrarégionaux.




Le projet de la voie express Tiznit-Laâyoune-Dakhla (8,5 MMDH) vise à doter les Provinces du Sud d’un axe routier aux normes internationales


Le projet de la voie express Tiznit-Laâyoune-Dakhla, qui va mobiliser une enveloppe budgétaire de 8,5 MMDH, vise à doter les Provinces du Sud d’un axe routier aux normes internationales et d’un haut degré de sécurité, a indiqué, samedi à Laâyoune, le ministre de l’Equipement, du Transport et de la Logistique, Aziz Rabbah.

Dans une allocution devant SM le Roi Mohammed VI qui présidait la cérémonie de lancement du nouveau modèle de développement des Provinces du Sud, le ministre a ajouté que ce projet qui bénéficiera aux populations des régions de Souss-Massa, Guelmim-Oued Noun, Laâyoune-Sakia El Hamra et Dakhla-Oued Eddahab, sera réalisé dans un délai de six ans et portera sur près de 1.055 km.

Cette voie express a également pour objectifs de réduire la durée des déplacements, éviter les coupures de routes suite aux inondations et à l’ensablement, baisser les charges d’exploitation des véhicules et améliorer les services de logistique au profit des voyageurs et en terme de transport de marchandises, a expliqué le ministre.

Elle sera composée des tronçons Tiznit-Guelmim, Guelmim-Laâyoune, Laâyoune-Dakhla en passant par Tan Tan, Tarfaya et Boujdour, a fait savoir M. Rabbah, ajoutant que le projet comptera également la création d’aires de repos, des parkings pour camions.

Le développement de cet axe routier, qui constituera un levier important pour l’investissement public et privé, impactera positivement et directement une population de plus de 2,2 millions d’habitants, répartie sur 10 provinces de plus de 420.000 km2 et contribuera au développement socioéconomique des régions de Souss-Massa, Guelmim-Oued Noun, Laâyoune-Sakia El Hamra, et Dakhla-Oued Eddahab, a expliqué le ministre.