Hospitals - Fr
Des réalisations nombreuses et des services de qualité fournis dans les établissements sanitaires nouvellement implantés; et, depuis une décennie, une amélioration constante du niveau de santé des populations des provinces sahariennes: tels sont, à grands traits, les aspects et les dimensions de la politique sanitaire dans cette région.

Mais si beaucoup a été fait, tout n’est pas fini pour autant dans la mesure où de nombreux projets sanitaires sont encore en voie de réalisation. Dans l’immédiat – et en attendant l’achèvement et la mise en service des nouveaux équipements – les services de santé ont apporté une aide d’urgence afin de combattre dans les plus brefs délais les maladies infantiles, la sous-alimentation qui sont responsables d’un taux de mortalité élevé, ainsi que d’autres maladies particulièrement fréquentes dans la région (maladies des yeux, du système digestif, tuberculose, … ).

Dans les provinces sahariennes, cette infrastructure s’est beaucoup développée depuis une dizaine d’années; ce progrès est illustré par l’implantation géographique des services de santé tant en milieu urbain que rural. Dans les villes, la priorité a été accordée aux quartiers les plus peuplés, privés jusqu’alors de tout équipement sanitaire. C’est ainsi que depuis 1976, des hopitaux régionaux, plusieurs centres de soins, des dizaines de dispensaires et centres de santé ont été ouverts et mis en service.

Compte tenu des normes définies à l’échelon national, l’implantation de ces unités sanitaires permet d’offrir une capacité de service en rapport avec le nombre d’habitants. Depuis 1976, il faut souligner que la capacité hospitalière a pratiquement été multipliée par 10. Elle est aujourd’hui de l’ordre de 400 lits environ dans la région de Laâyoune.

L’ensemble de ces installations fonctionne dans des conditions tout à fait satisfaisantes grâce au recrutement d’un personnel médical et paramédical compétent et dévoué. Ce principe n’est pas propre d’ailleurs aux provinces sahariennes: il est un élément fondamental de la politique de formation poursuivie par le Maroc en vue d’un encadrement efficace des établissements de santé.

 
Le futur CHU de Laâyoune (1,2MMDH), un centre hospitalier de référence d’une capacité de 500 lits

La ville de Laâyoune sera dotée d’un Centre Hospitalier Universitaire de référence pour lequel une enveloppe budgétaire de l’ordre de 1,2 MMDH sera allouée, a indiqué, samedi à Laâyoune, le ministre de la Santé, El Hossein El Ouardi.

D’une capacité de 500 lits, le CHU de Laâyoune sera construit sur une superficie de 30 hectares et aura pour objectifs de développer, renforcer et rapprocher les services sanitaires, notamment ceux de troisième génération, des habitants de la région, a expliqué M. El Ouardi dans une allocution devant SM le Roi Mohammed VI lors de la cérémonie de lancement du nouveau modèle de développement des Provinces du Sud.

Le CHU contribuera également à l’encouragement de la formation et la formation continue et à la promotion du système d’aide médicale.

Il comptera 14 salles d’opérations chirurgicales et six pôles d’excellence, dont le pôle « Mère et enfant », « Médecine cardiovasculaire », « Urgences » et « Maladies psychiatriques et mentales », a précisé M. El Ouardi.

Le ministre de la Santé a fait savoir que les travaux de construction de cet établissement dureront 5 années à partir de 2016.